DIANA H.P. « FAZER E CANTAR » (Z Production / Inouïe Distribution)

Par défaut

« Fazer e cantar » (« Faire et chanter ») marque le retour de la chanteuse et compositrice brésilienne Diana H.P.. Pour ce troisième album, la chanteuse et musicienne a fait appel au collectif JazzBastards qui a su créer l’environnement musical idéal pour mettre en relief son chant et ses compositions.

Diana Horta Popoff a vu le jour à Belo Horizonte dans une famille de musiciens, un père bassiste et une mère flûtiste. Après avoir étudié le classique et le jazz, et écouté les musiques populaires brésiliennes, elle donne ses premiers concerts à 23 ans.

Son premier album sort en 2013 avec une chanson écrite par Márcio Borges, l’auteur de Clube da Esquina (Le Club du Coin), qui a donné naissance au mouvement du même nom regroupant des artistes éclairés et ouverts sur le monde. Le célèbre écrivain et parolier lui écrira trois textes pour son second album en 2018.

Aujourd’hui, « Fazer e cantar » élargit un peu plus l’horizon musical de la chanteuse avec le groupe JazzBastards dont fait partie son mari multi-instrumentiste Mathias Allamane, ainsi que Vincent Taurelle aux claviers (Air, Christine and the queens), Vincent Taeger à la batterie (Oxmo Puccino, Alain Souchon) et le guitariste Ludovic Bruni.

L’ambiance feutrée et ouatée, délicatement électro de cet enrobage musical convient admirablement bien à la sensualité de la voix de la chanteuse. S’inspirant du courant progressiste brésilien des années 60 à 80, Diana H.P. a su amorcer un nouveau tournant nettement futuriste tout en respectant l’esprit créatif et avant-gardiste des origines.

Une fois encore, le poète Márcia Borges a contribué à l’écriture, avec quatre textes dont « Fazer e cantar », qui résume bien l’état d’esprit de la chanteuse : « Faire au mieux en chantant avec amour et plaisir ». L’album sera présenté sur la scène du Studio de l’Ermitage à Paris le mardi 1er février 2022 à 20h30.

Bernard Jean

Sortie : le 3 décembre 2021.

https://www.facebook.com/dianahortapopoff/

RENAUD GARCIA FONS « LE SOUFFLE DES CORDES » (Nemo / L’Autre Distribution)

Par défaut

Depuis une vingtaine d’années le musicien Renaud Garcia Fons s’est forgé une solide réputation grâce à son incroyable virtuosité à la contrebasse. Avec lui, cet instrument souvent relayé en arrière plan occupe le devant de la scène et devient enfin soliste.

Il est l’auteur d’une quinzaine d’albums en tant que leader, et sa musique plurielle touche autant le jazz que le classique, les musiques traditionnelles ou les musiques du monde. En 2014 dans son disque « Silk Moon », il partageait un duo avec le joueur de kémence Derya Turkan.

Avec ce nouveau projet Renaud Garcia Fons pousse encore plus loin l’exploration entre instruments classiques et traditionnels. A l’aide d’instruments à cordes de différentes régions du monde, il a créé avec « Le souffle des cordes » un répertoire original alliant classique, musiques ottomanes et du Moyen-Orient et flamenco.

Pour appuyer son écriture, le musicien a fait appel à Florent Brannens (violon), Amandine Ley (violon), Aurelia Souvignet (alto) et Nicolas Saint-Yves (violoncelle), tous les quatre membres de l’orchestre philharmonique de Radio France.

Pour le côté musiques du monde, Renaud Garcia Fons a fait de nouveau appel à Derya Turkan (kemence), ainsi qu’à Sekan Halili (kanum) et Kiko Ruiz à la guitare flamenca. Le résultat est tout simplement exceptionnel ! Les 12 compositions du contrebassiste forment une oeuvre au lyrisme flamboyant ou la musique de chambre et les cultures musicales du monde s’unissent pour donner le meilleur.

« Le souffle des cordes » offre un moment de partage et d’échanges unique et magique, que l’on reçoit comme un cadeau précieux.

Bernard Jean

http://www.renaudgarciafons.com https://www.facebook.com/garciafons.renaud

MATHILDE « Hymne des Femmes » (Éditions Raoul Breton)

Par défaut

Révélée par l’émission The Voice en 2015, Mathilde a enregistré dans la foulée un premier album, « Je les aime tous » avec des chansons originales et des reprises.

Son engagement apparait le 25 novembre 2016 lors de la Journée Internationale pour l’élimination de la Violence à l’égard des Femmes, en chantant le titre choc « Il était une Fille ». Ce texte évoque de douloureux moments qui ont marqué sa jeunesse.

En 2017 elle réunit une trentaine d’artistes pour interpréter sa chanson « Le Corps des Femmes » en 2017 lors de la Journée Internationale pour les Droits des Femmes, chanson qui sera reprise par la foule pour le rassemblement #MeToo de Paris au mois d’octobre. Pour la manif #NousToutes en 2019, la foule reprend son nouveau titre « Libre ! ».

Elle revisite aujourd’hui l' »Hymne des Femmes », véritable standard du genre écrit en 1971 et a souhaité faire participer cette fois 50 femmes de tous bords (personnalités artistiques, politiques, figures du féminisme, simples citoyennes…) à l’occasion de la Journée Internationale pour l’Élimination de la Violence à l’égard des Femmes.

Un hymne dédié aux femmes victimes de violence, conjugales, sexistes, sexuelles « Pour se tenir debout, et trouver ensemble le courage de se relever toujours ».

Bernard Jean

https://www.facebook.com/mathildechante/

YEKO « Dunia » avec SALIMATA « TINA » TRAORÉ » (Back2Bam Production)

Par défaut

Guitariste et compositeur, Yohann Le Ferrand se passionne pour les musiques d’Afrique de l’Ouest (notamment du Mali) depuis 2012. On l’a vu accompagner à la guitare Rokia Traoré et Serge Aimé Coulibaly, Inna Modja ou encore Tiken Jah Fakoly.

Son projet Yeko se présente comme une galerie de portraits musicaux où se croisent une pléiade d’artistes africains comme la regrettée Khaïra Arby, le rappeur Mylmo, Mamani Keita, Kiko Dembélé, Kandy Guira, Salimata « Tina » Traoré.

C’est cette dernière que l’on découvre à présent dans le second single « Dunia », quelques mois après le single « Yerna Fassè » en duo avec Khaïra Arby.

On a vu Salimata « Tina » Traoré auprès de Salif Keita, Toumani Diabaté, Rokia Traoré… Sa très belle voix porte merveilleusement bien la ballade délicate qu’est « Dunia », chantée en Bambara, qui parle de notre vie sur terre et des différentes épreuves vécues qui nous font grandir.

La sortie de l’album « Yeko » est prévue pour le mois de janvier 2022.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/yohannleferrandyeko

µ-ZIQ & MRS JYNX « SECRET GARDEN » (Planet Mu)

Par défaut

Ce « Jardin secret » du titre, c’est celui qu’ont cultivé ensemble deux figures de la musique électronique, Mike Paradinas alias µ-Ziq et la musicienne et productrice Hannah Davidson plus connue sous le nom Mrs Jynx.

Mike Paradinas n’est autre que le fondateur du label Planet Mu et connait Hannah depuis longtemps car celle-ci a réalisé deux albums sur son label. Il apprécie le côté extrêmement mélodique de sa musique, notamment l’album de 2010 « Shark Carousel ». Les deux musiciens ont un autre point commun, ils ont perdu en même temps un proche parent du cancer.

Conscients de la vertu thérapeutique de la musique, ils décident de se lancer dans un projet commun et travaillent leurs compositions chacun de leur côté, s’envoyant des parties musicales et les enrichissant mutuellement. « En une dizaine de jours, on s’est retrouvés avec dix morceaux qui nous convenaient » explique Hannah Davidson.

Le projet « Secret garden » était né… Il est rare d’écouter de la musique électronique aussi apaisée et sereine. Cette collaboration artistique inédite a donné vie à un opus réjouissant où l’électro laisse une grande place à de riches harmonies et à des accents mélodiques d’une beauté surprenante.

Entre électro et ambient, la musique de Mike Paradinas et Hannah Davidson offre une profondeur insoupçonnée. « Secret garden » est un album intimiste qui ne lasse à aucun moment et procure un sentiment apaisant et protecteur. Il se clôt avec le majestueux morceau « The secret garden », un des grands moments du disque.

Bernard Jean

https://mikeparadinas.bandcamp.com/album/secret-garden

LAURENT VIEL « BARBARA » (D Muse)

Par défaut

Chanteur, mais aussi comédien et homme de scène, Laurent Viel a chanté Brel et accompagné Enzo Enzo, Jean Guidoni, Marie Nimier, Olivia Ruiz, Roland Romanelli… Grand amoureux des mots, il prend plaisir à mêler ensemble littérature et chanson.

Après Brel, c’est à une autre grande figure de la chanson française que Laurent Viel rend un bel hommage, Barbara. En attendant son prochain album qui se nommera « L’Homme Femme », « Barbara » est un EP qui comporte 3 titres.

Le texte de la chanson « Barbara » a été co-écrit avec Baltazar, sur une musique que Roland Romanelli avait composé pour la chanteuse et qui n’avait jamais été enregistrée. « Une chanson pour dire merci à cette artiste, cette femme dont l’oeuvre me console, résonne en moi depuis ma tendre enfance » nous explique l’artiste.

La musique du second titre, « La pluie », a été composé par Yann Cortella et a été inspiré par la lecture de « A la recherche du temps perdu » de Marcel Proust.

Enfin, le troisième morceau a donné son nom à l’album, « L’Homme Femme ». Il est extrait de son précédent spectacle « Viel chante d’Éon dit…le chevalier » et évoque la part de masculinité et de féminité que nous avons tous, à travers cet étonnant personnage du XVIII° siècle qui a vécu 49 ans en homme et 33 en femme…

Une voix particulièrement expressive, une superbe musique, des mots enchanteurs… Laurent Viel est un artiste à découvrir sans tarder. Le joli clip ci-dessous a été réalisé par Laetitia Laguzet.

Bernard Jean

http://www.laurentviel.com https://www.facebook.com/LaurentVielOfficiel

XANTHOULA DAKOVANOU « LAMENTA » (Quart de Lune / UVM Distribution)

Par défaut

Xanthoula Dakovanou est née dans la région d’Épire, en Grèce. Chanteuse, compositrice et parolière, elle a enregistré trois albums qui s’inspirent des musiques traditionnelles de Grèce, des Balkans et de la Méditerranée. Elle a également collaboré à 13 albums d’artistes variés (Richard Galliano, Magic Malik, Ballaké Cissoko…).

Son quatrième album sera consacré à l’oeuvre « Le Cantique des Cantiques », avec le soutien du Ministère grec de la Culture. Xanthoula Dakovanou a assuré la direction musicale du projet Lamenta, qui à l’origine est un spectacle de danse contemporaine des chorégraphes Koen Augustijnen et Rosalba Guerrero (Siamese Cie).

La musique de cette création s’inspire de la tradition des « Miroloi », chants de lamentation grecs liés à la perte et au deuil. Enregistré à Athènes, ce disque bénéficie de la participation de seize musiciens réputés sur la scène musicale traditionnelle grecque, dont le célèbre clarinettiste Nikos Filippidis. D’autres musiciens de la scène world et jazz en Grèce font partie de l’aventure, ainsi que le flûtiste Magic Malik et Xanthoula Dakovanou au chant.

Articulé autour de 11 titres, le disque « Lamenta » commence par une forme de « miroloi » traditionnel et originel, avant de s’orienter progressivement vers une relecture plus contemporaine et actuel, avec des influences post-rock.

Il se dégage de ce disque une infinie mélancolie qui traduit bien le lien spirituel entre la vie sur terre et l’au-delà. En plus de ses talents musicaux, Xanthoula est Docteur en Médecine et titulaire d’une thèse d’État en Musique et Psychanalyse, et a rédigé de nombreux articles en anglais, français et grec autour de la voix et la musique en thérapie analytique.

« Lamenta » est un album d’une grande richesse musicale, dont certains chanceux pourront avoir une idée plus précise en allant assister aux deux représentations qui auront lieu les 13 et 14 décembre 2021 à la Grande Halle de La Villette, Espace Charlie Parker à Paris. Ce sera à n’en pas douter un moment rare et intense !

Bernard Jean

Sortie de l’album : 26 novembre 2021

https://www.facebook.com/xanthoula.dakovanou https://www.siamese-cie.be/

LISA PORTELLI « Spleen » (J’ai vécu les étoiles / La Percée)

Par défaut

La chanteuse et musicienne Lisa Portelli a été l’une des Révélations du Printemps de Bourges en 2006. Elle a enregistré trois albums et s’apprête à sortir le quatrième en avril 2022, qui s’intitulera « L’innocence ».

Même si la guitare l’a accompagné depuis ses débuts, elle a préféré pour son prochain disque les sonorités du piano afin de laisser plus de place aux mots. « Ma rencontre avec le piano a changé ma façon de voir la musique » explique-t-elle.

Le titre « Spleen » est le premier single que Lisa Portelli présente et qui est extrait de ce prochain album. L’histoire d’une femme qui revendique une solitude à vivre à deux, pour mieux faire vivre (ou revivre ?) un amour (« Peut-être vieillirons nous ensemble ? »).

Le piano est délicatement entouré d’une électro discrète qui met en lumière tout le romantisme de la chanson. Elle a elle-même réalisé le clip en noir et blanc qui colle parfaitement bien à ses textes.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/lisa.portelli.161

IAROSS « APNÉE » (Label Folie / Inouïe Distribution)

Par défaut

Le nom de Iaross provient de Iarossi, le nom de famille de Nicolas (chant, violoncelle, basse) qui a également écrit les textes de cet album. Il est accompagné par ses deux acolytes Colin Vincent (guitare électrique, piano Rhodes, synthés) et Julien Grégoire (batterie, machines, percussions).

En 2013 leur deuxième album « Renverser » était élu Coup de Coeur de l’Académie Charles Cros. Depuis, les trois membres de Iaross ont sorti un live (« Fragments ») en 2016, puis « Le cri des fourmis » en 2017. Entre chanson, rock et jazz, Iaross distille une musique aux textes empreints d’une poésie bien ancrée dans notre présent.

Parmi les 12 titres de « Apnée », 11 chansons proviennent de la plume de Nicolas Iarossi, la seule exception étant une reprise du célébrissime « La mémoire et la mer » de Léo Ferré. Un titre qui ne dénote pas à côté du verbe poétique et inspiré de Nicolas.

L’album s’ouvre avec « La vitesse » (« La vitesse dans tes yeux, la vitesse de tes bleus, la vitesse, la vitesse, la vitesse qui te blesse, avant que la vie cesse »). Les mots se conjuguent tout au long de ce disque avec une grâce infinie, portée par des sonorités essentiellement acoustiques et relevés d’une pointe d’électro discrète et bienvenue.

Le clip de « Barbarie » met en lumière un personnage évoquant Divine, l’égérie trash et underground des années 80. Il nous parle de la différence et du regard des autres quand on ne suit pas une certaine « normalité » établie (« Puisque le coeur est crevé comme un ballon de silence, puisque la peur est cachée sous la peau d’ignorance, puisque le corps est marqué au fer blanc de l’oubli… »).

Bernard Jean

Sortie : 19 novembre 2021

http://www.iaross.com

SHEWOLF « The Escape » – Live Session TADAM Records

Par défaut

Le 11 juin dernier, Alice (guitare, chant), Fanny (basse) et Marie-Claude (batterie) sortaient leur deuxième album « Parasite » sur le label Tadam Records. Après un premier EP en 2017, le trio grunge SheWolf avait publié son premier album « Sorry, not sorry » l’année suivante.

On a vu ces trois demoiselles assurer la première partie de No One is Innocent, jouer sur les Off du Printemps de Bourges ou encore aux Trans Musicales de Rennes

Au mois d’avril elles nous avaient offert une live session avec le titre « Parasite ». Elles récidivent maintenant avec « The escape », un brûlot toujours extrait de leur dernier opus.

Le 12 janvier 2022 elles seront sur la scène de L’International (5 rue Moret, 75011 Paris), en compagnie de L’Ambulancier et de Captain Obvious pour fêter le premier anniversaire du sympathique label éco citoyen, égalitaire et coopératif Tadam. Une soirée à na manquer sous aucun prétexte…

Bernard Jean

https://www.facebook.com/bandshewolf