FRED NEVCHÉ « VALDEVAQUEROS » (Internexterne)

Par défaut

32587419_10156438689093809_2003233018130464768_n

Il est né et a grandi dans les quartiers Nord de Marseille, d’une mère espagnole et d’un père arménien. Après des études à la fac d’Aix-en-Provence il obtient son diplôme de professeur de français. La musique et les mots l’attirent, il participe à des ateliers d’écriture et devient une des figures de proue du slam en France.

Un premier groupe, Vibrion, puis il se lance en solo : « Monde Nouveau Monde Ancien » (2009), « Le soleil brille pour tout le monde ? » (2011), « Rétroviseur » (2014). A partir de 2015 Fred Nevché (de son vrai nom Nevchehirlian) se consacre à la création d’un long poème, « Décibel », qu’il écrit entre le Québec, Casablanca et Marseille.

De ce poème seront extraits l’album « Valdevaqueros » (prévu le 21 septembre 2018), un clip pour chaque chanson, un film de 30 mn : « Décibel ». Le nouvel album comprend 13 titres à l’ossature plutôt dépouillée mais dont le résultat est assez envoûtant… Parmi eux : « L’océan », « Pénélope » et deux titres superbes : « L’amour est allé voir ailleurs », « Si tu crois », sans oublier l’accrocheur « Moi je rêve de Johnny souvent ».

Pour patienter vous pouvez vous procurer dès maintenant « Valdevaqueros » sous forme d’EP 3 titres et écouter « Décibel » en intégralité sur le site de l’artiste. Fred Nevché est décidément un auteur-interprète discret mais qui mérite vraiment notre la plus grande attention.                                       B.Jean

Sortie de l’album le 21 septembre 2018.

http://www.nevchehirlian.com

Publicités

ANIMEITID « KALIMBA » (Un Plan Simple)

Par défaut

anzh_AnimeitidCoverVF2--1

Ce groupe français à la musique inclassable a vu le jour en 2016 et affectionne les climats mêlant instruments ethniques et électro. Ses quatre membres sont issus d’horizons divers (rap, musique ethnique, musiques de films, chant).

Au sein d‘Animeitid on trouve Adèle (didgeridoo, guimbarde…), Ophélie et Évangeline (chant), Marc (programmation électronique).

« Kalimba » est leur premier single, c’est aussi un clip à découvrir ci-dessous. Une ambiance atmosphérique, planante, un peu trip hop qui ne laisse pas indifférent. Un groupe à suivre.                                                                        B.Jean

http://www.facebook.com/animeitid

Cognac Blues Passions 2018 : instants captés

Par défaut

La 25ème édition du festival Cognac Blues Passions s’est déroulée du 3 au 7 juillet dernier dans le cadre verdoyant du jardin public, en plein centre ville. Voici quelques moments captés pour vous…

Les organisateurs ont eu des sueurs froides à l’approche de l’ouverture, les conditions météo étant de plus en plus inquiétantes (nombreux et graves dégâts dans la région). L’ombre de l’annulation a plané dangereusement sur la soirée du mercredi 4 juillet, qui proposait un concert de Carlos Santana complet depuis des mois. Finalement tout s’est déroulé comme prévu, l’accalmie ayant eu lieu. Seul un concert en ville a été annulé.

Blue Butter Pot

THE BLUE BUTTER POT (Photo B.Jean)

Le lendemain, c’est The Blue Butter Pot qui a ouvert les hostilités en début d’après-midi avec un blues rock teigneux à souhait que n’aurait pas renié ZZ Top. Malgré les apparences, Ray (guitare-chant) et Oliv’ (batterie-guitare) ont importé leur blues saignant de Bretagne et non pas du Texas. Les texans ont du souci à se faire…

Soul Return

SOUL RETURN. (photo B.Jean)

Soul Return, lui, nous vient de Californie et a été constitué autour de 3 fortes personnalités : la chanteuse Kellie Rucker (cette voix !), le guitariste JJ Holiday et le batteur Michael Barsimanto. Le bassiste Dal Martino vient compléter l’ensemble. Le groupe nous a gratifié d’une superbe relecture d’un blues à la fois très actuel mais aux racines bien présentes. Superbe !

P1000956

HARLEIGHBLU (photo B.Jean)

C’est la jeune chanteuse britannique Harleighblu qui a ouvert le programme de cette soirée classée « Coup de coeur » par les organisateurs. Sa voix particulière et son style la rapprochent d’une chanteuse comme Amy Winehouse mais la demoiselle sait se différencier et faire entendre sa différence. Soutenue par une basse omniprésente, sa soul flirte avec de nombreuses influences. Elle fit même une reprise d’Eurythmics (« Who’s that girl ? »).

 

Selah Sue

SELAH SUE (photo B.Jean)

Jacob Banks

JACOB BANKS (photo B.Jean)

 

La voix puissante de Jacob Banks enveloppa ensuite la grande scène « Blues Paradise » avec une soul moderne teintée de jazz blues (on pense parfois à Van Morrison) et même d’accents reggae. Puis Selah Sue apparut sur la scène d’Expérience Cognac avec juste un violoncelliste comme complice. Son concert acoustique fût un vrai régal et il est incroyable de voir avec quelle facilité la demoiselle est capable de changer de registres… Tout semble lui aller comme un gant, de « Raggamuffin » à des chansons mélancoliques où elle excelle. Un grand moment de fraicheur et de délicatesse.

 

Parov Stelar   Parov Stelar 2 PAROV STELAR (photos B.Jean)

Après ce beau moment d’intimité, retour au grand show avec l’époustouflante démonstration de force des autrichiens Parov Stelar. La formation comprend trois cuivres, un guitariste, un batteur, un DJ et une chanteuse (plus le chanteur Anduze en invité spéciale sur plusieurs titres). Véritable machine à danser, Parov Stelar combine swing et électro tout en utilisant des samples de blues (Muddy Waters, Lightnin’ Hopkins…). Le résultat est sidérant et à moins d’être solidement attaché à une chaise il est strictement impossible de rester immobile. Un des temps forts de cette édition 2018.

 

Otis Stacks

OTIS STACKS (photo B.Jean)

Otis Stacks et son chanteur crooner au look vintage ont ensuite occupé la scène d’Expérience Cognac. Le quartet (claviers, guitare, batterie et chant) a distillé sa soul mâtinée d’électro discrète avec beaucoup de plaisir. Le chanteur californien Elias Wallace n’a pas manqué de rendre hommage à la boisson fétiche de la ville en avalant quelques belles gorgées du breuvage tout au long du set… Clin d’oeil ironique à un des succès du groupe, « Fashion drunk » ?

 

Ladili Kan

LADILI KAN (photo B.Jean)

Le vendredi matin, ce sont de délicates notes de kora et de balafon qui ont accueilli les festivaliers lève-tôt. Le trio malien Ladili Kan a renouvelé totalement l’ambiance en apportant des saveurs musicales africaines à la fois chaudes et fraiches devant un parterre d’enfants subjugués. Quand un des membres du groupe a annoncé le dernier titre, c’est un « Nooooooon ! » unanime qui a fusé de la bouche des jeunes spectateurs qui voulaient encore danser…

P1010013   Shaggy Dogs   ELECTRIC BLUES DUO   (B.Jean)                                                 SHAGGY DOGS  (B.Jean)

La mauvaise surprise de la journée a été l’annulation du concert de Slim Paul dû à la grève SNCF. Le chanteur et guitariste (ex-Scarecrow) est resté bloqué à Toulouse et n’aura donc pas pu interpréter en live les chansons de son saignant album « Dead already ». Même mésaventure l’après-midi pour Will Barber… On aura cependant pu apprécier les prestations des toulousains d’Electric Blues Duo et l’énergie des Shaggy Dogs visiblement nourris au biberon de Dr Feelgood…

Samedi matin c’est au son du violoncelle et des chants latino d’Ana Carla Maza, d’origine cubaine, que je quittais le site très agréable du jardin public.

Ana Carla Maza

ANA CARLA MAZA  (B.Jean)

Ceci n’est qu’un aperçu du programme concocté pour cette 25ème édition de Cognac Blues Passions. Riche et éclectique comme on rêverait d’en trouver plus souvent dans les festivals d’été.                                                                B.Jean

Concert de Laurinda Hofmeyr & Afrique Mon Désir à Cenon, le 28 juin 2018

Par défaut

a4fca69a4b4f9864a261673d8f7b5943bd2965837d5956cc47d2fa7e1e4bbc11-medium

Magique ! Après le sublime album de l’artiste sud-africaine paru en mai dernier, c’est avec une impatience fébrile que nous attendions de voir et d’entendre (enfin !) toute la troupe d’Afrique Mon Désir en live. L’Ensemble se produisait en Europe pour cinq dates, il ne fallait pas rater une telle occasion…

P1000881  Textes et photos Bernard JeanP1000898

Certes, les conditions étaient loin d’être réunies pour un concert réussi : aucune publicité autour de l’événement, public restreint, petite salle et son défaillant, le tout avec une soirée cinéma en plein-air à 200 mètres… Mais il en fallait plus que ça pour déprimer le groupe qui ne s’est jamais départi de sa joie de vivre et de son plaisir de jouer en France.

De jolies vidéos crées par l’artiste sud-africain David Kramer défilent en fond de scène et accompagnent les musiciens tout au long de ce voyage musical haut en couleurs (à l’image de leurs tenues chatoyantes). Laurinda Hofmeyr (chant, piano) est entourée par 5 musiciens et 3 chanteurs-choristes : Schalk Joubert (basse), Kayemba Ilunga (guitare), Kevin Gibson (batterie), Daniel Mille (accordéon), Dylan Roman (claviers), Jaja Junior (chant), Nicole Adjabe Barbare (chant) et Nzelo Landau Paulin (chant).

P1000887

Pendant un peu plus d’une heure Laurinda Hofmeyr et ses musiciens nous ont interprété les chansons du dernier album, alternant passages rythmés et mélodies enchanteresses sur des textes poétiques en français d’auteurs francophones exilés. Il régnait sur ce concert une émotion sensible, l’ombre du regretté Régis Gizavo (disparu peu de temps après l’enregistrement de l’album) planait au-dessus de la scène et les musiciens n’ont pas manqué de lui rendre un hommage mérité.

P1000910                 P1000908

La fin du spectacle s’est transformé en une joyeuse fête où tout le monde a dansé et chanté au pied de la scène, captivé par la bonne humeur communicative de l’équipe. Un concert superbe que l’on a hâte de revivre dans de meilleurs conditions et avec un public en nombre digne du talent précieux de Laurinda et de son ensemble. See you soon …

B.Jean

 

GINKGOA « ONE TIME » (District 6)

Par défaut

anzh_GIN007ARTCOVER300x30072dpiRVBBAT--1

A la base de Ginkgoa on trouve la New-yorkaise Nicole Rochelle, à la fois actrice, chanteuse et danseuse. Passionnée de culture française, elle aime imiter Piaf et Joséphine Baker dont la voix soprano est assez semblable. Jérôme Savary ne s’y trompe pas, qui lui propose d’incarner la chanteuse dans son spectacle « A la recherche de Joséphine », qui tournera en Europe pendant 4 ans.

En 2014 le Hot Club de France lui décerne le Prix du Jazz Vocal pour le CD « Nikki & Jules ». Nicole Rochelle rencontre ensuite le compositeur et producteur Antoine Chatenet, aka Jen Jis, c’est le déclic et le début de l’aventure Ginkgoa. Après un premier EP en 2016 le groupe impose son swing électro à travers une carrière internationale qui les mène aux Francofolies de La Rochelle, au Montreux Jazz Fest, à Los Angeles…

Ce nouveau disque, « One time », propose 5 titres explosifs qui n’ont qu’un seul but : faire remuer et danser ! Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le duo infernal est particulièrement efficace dans ce registre… La pop électro de Ginkgoa est truffée de références swing vintage qui sont un peu la marque de fabrique du groupe et qui font son succès.

On retrouve d’ailleurs ces références dans le clip de « One time » ci-dessous, qui montre le regard machiste du cinéma hollywoodien sur les femmes au cinéma. Les images sont extraites de vieux films des années 50.                                                B.Jean

http://www.ginkgoa.com

MIKA HARY « WHEN MORNING COMES » (BMG)

Par défaut

be405610d1a9d8cefc52826a248bf796_MikaHary-album_1500x1500-878-878-c

Née en Israël, Mika Hary reçoit pour ses 6 ans en cadeau un piano qui va changer le cours de sa vie et lui permettre de prendre conscience de l’importance de sa voix. A 16 ans elle découvre le travail d’auteur-compositeur à travers des artistes comme Joni Mitchell. Elle fonde ses premiers groupes et commence à y interpréter ses propres compositions.

Elle rêve d’aller aux États-Unis et quelques années plus tard elle s’installe à New York où elle étudie la  philosophie et suit des cours de jazz à la New School. Chaque soir elle s’abreuve de musiques dans les clubs et rencontre des musiciens. Rapidement elle se produit avec son propre groupe. Ses goûts musicaux flirtent plutôt du côté d’un folk à la Paul Simon ou à la James Taylor mais elle apprécie tout autant Björk. Après sa rencontre avec Asher Bitansky (manager de Noa et Yaël Naïm) qui l’encourage à trouver d’autres voies, elle rentre en Israël.

Elle retrouve Manhattan en 2016 pour préparer son EP, qui contiendra une version de « La dame brune » de Moustaki (chantée avec Barbara), et son futur album qui sera produit par Matt Pierson (Brad Mehldau, Joshua Redman).

La demoiselle fait preuve d’une belle maitrise dans ce premier album et sa jolie voix fait merveille au fil des 13 titres. Son jazz croise une pop élégante souvent portée par des cordes délicates (« Buddha in glory », « Hope there’s someone », « Sweet dreams »…) mais jamais avec excès. Plus loin une flûte mène le bal dans « Nishmati », chantée en hébreu.  Une belle découverte.                                                      B.Jean

Sortie digitale de l’album le 22 juin 2018. En concert à Paris (Ducs des Lombards) le 27 juin 2018

http://www.mikaharymusic.com

 

FESTIVAL « COGNAC BLUES PASSIONS », 3-7 JUILLET 2018

Par défaut

32754015_1813217735403698_1400439164205268992_n

C’est au coeur de la ville, dans le jardin public, que se tient chaque année le festival Cognac Blues Passions. Et cette édition 2018 fêtera en beauté ses 25 ans d’existence ! Au programme : quelques 80 concerts dont une cinquantaine gratuits, et cela dès 10h du matin et jusqu’à 2h… De quoi vous offrir un réel dépaysement pendant 5 jours !

Programme des soirées :

  • mardi 03 juillet : The Paul Deslauriers Band (CAN), Sanseverino (FR), ainsi que Crossroads (une création unique où les lauréats du prix Cognac Passions rendront hommage aux artistes les plus marquants venus ces dernières années)
  • mercredi 4 juillet (COMPLET) : Aymeric Maini (FR), Santana (MEX), Automatic City (FR), Gunwood (FR), Guy Verlinde et The Mighty Gators (Bel).
  • jeudi 5 juillet : Jacob Banks (USA), Parov Stelar (AUT), Otis Stacks (USA), Harleighblu (UK), Selah Sue -acoustique- (Bel)
  • vendredi 6 juillet : Martin Harley & Alessandra Cecala (IT), Alice Merton (ALL-GB), James Blunt (UK), Ina Forsman (FIN), Nico Wayne Toussaint Big Band (FR)
  • samedi 7 juillet : Caro Emerald (HOl), Kaz Hawkins (IRL), Asaf Avidan (ISR), Sandra Nkaké (CM), Beth Ditto (USA)

    SELAHSUE-programmation  OTISSTACKS-programmation  SANDRANKAKE-programmation

Il faut ajouter à cela de nombreux autres concerts en journée, gratuits (Slim Paul, Isaya, Will Barber, Soul Return…) ou payants (Kimberose, Denis Mazhukov, Marquise Knox…).  Infos pratiques et programmation complète sur :

https://www.bluespassions.com

https://www.facebook.com/Cognac.Blues.Passions.festival

B.Jean