ROSEAUX ft. BLICK BASSY « KAÄT »

Par défaut

66381071_2129377877166239_8574260151802920960_n

Le deuxième album du groupe Roseaux sortira en septembre prochain.

En voici un nouvel extrait avec la participation de Blick Bassy. Il s’agit du titre « Kaät » en session Colors. Le camerounais chante en bassa (sa langue maternelle) un poème plein de nostalgie sur un rythme délicat de douce samba.

Pour ce projet, Emile Omar le créateur du groupe (ex-programmateur chez Nova) a fait appel au violoncelliste Clément Petit et au multi-instrumentiste Alex Finkin.                 B.Jean

https://fr-fr.facebook.com/roseauxmusic

Publicités

COGNAC BLUES PASSIONS: Brillantissime (suite et fin)

Par défaut

Après les vibrations électriques (mais bénéfiques) de la veille, je retrouve la quiétude du Jardin en ce dimanche 7 juillet au matin. Il est 10h et Les Bedaines de Coton montent sur la scène du Tonic Day. Le programme indique « Spectacle pour enfants » et effectivement le public est parsemé de petites têtes blondes accompagnés de leurs parents. Les 4 musiciens retracent la naissance du blues à travers l’histoire de Charley Patton (1891-1934), musicien qui a vécut dans les champs de coton et a raconté dans ses chansons les conditions terribles des noirs dans le sud des États-Unis.

P1010323  P1010322  P1010324 LES BEDAINES DE COTON. Photos B.Jean

Textes et musiques ont été composés par Cyril Maguy (chant,guitare), également membre du groupe Vicious Steel. Il est rare de voir et d’entendre des spectacles « pour enfants » d’une telle qualité. On peut retrouver l’univers des Bedaines de Coton sur un très beau livre-disque qui est sorti.

Un peu plus tard sur la scène de l’Experience Cognac c’est un vrai natif du sud des States qui déboule avec ses musiciens : Zac Harmon. Ce guitariste a notamment joué en Europe au sein du Chicago Blues. Sa musique et son style sont proches de ceux d’un guitariste comme Luther Allison. Il est l’auteur de 7 albums solo depuis 2002.

P1010327

ZAC HARMON. Photo B.Jean

Les membres du groupe lyonnais Da Break nous font partager une musique à base de funk, de soul et de hip hop. Sa chanteuse Hawa n’a aucun mal grâce à sa présence et à sa voix féline à nous immerger dans une ambiance qui a pris ses racines dans les années 90 et qui se fond très bien dans le déco musical actuel.

P1010331 DA BREAK. Photo B.Jean

Belle surprise au Tonic Day avec le talentueux duo formé par Gino Matteo et la chanteuse Jade Bennett. Leur folk, teinté de blues voir même de soul est un plaisir à déguster tant la voix de Jade est incroyable et le talent de guitariste de Matteo époustouflant ! Leurs compositions sont efficaces, ce qui ne les empêche pas de faire des reprises étonnantes… Celle de « Crazy », le succès de Gnarls Barkley est superbe, mais on reste scotché avec celle de « Thriller » de Michael Jackson et surtout de « Shine on you crazy diamond » du Floyd ! Tout réussi à ce fantastique duo californien. Le triomphe qu’ils ont obtenu était bien mérité.

P1010328  P1010330 GINO MATTEO DUO. Photo B.Jean

L’Avenue du Blues accueillait à 19h une frêle et délicate interprète venue d’Afrique du Sud : Alice Phoebe Lou. Sous son apparence fragile et timide se cache un caractère bien trempé et quand la demoiselle se lâche sur scène la surprise est totale… Elle chante en s’accompagnant à la guitare électrique avec 3 complices à la basse, la batterie et aux claviers. Les compositions d’Alice Phoebe Lou reflètent une personnalité éclectique nourrie par ses pérégrinations en Europe où elle a souvent joué dans la rue. Son dernier album « Paper castles » est sorti en mars dernier.

P1010340   P1010343 ALICE PHOEBE LOU. Photos B.Jean

La soirée au Jardin était plutôt grand public avec les passages de Bernard Lavilliers et de Véronique Sanson. C’est d’abord Bernard Lavilliers qui a ouvert sur les accents reggae d’un « Stand the ghetto » rallongé avec les anecdotes de notre baroudeur national. A dire vrai son show n’était pas vraiment convaincant (un peu trop huilé ?) et manquait d’un petit quelque-chose…

P1010350 BERNARD LAVILLIERS. Photo B.Jean

Après un changement de matériel assez long Véronique Sanson arriva sous un tonnerre d’applaudissements. Contrairement à son prédécesseur son spectacle se plaça sous le signe de la générosité et de l’humanité. C’est avec un plaisir évident et un amour sincère pour son public que l’éternelle demoiselle déroula son immense répertoire. Elle ne se contenta pas d’aligner ses succès mais privilégia des titres souvent refusés par les radios car jugés pas assez commerciaux. C’est là que se trouvent des petites pépites qui font honneur à son auteur.

P1010360    P1010361                   YAROL. Photos B.Jean

Du côté de l’Experience Cognac les fans de Yarol commençaient à manifester une certaine impatience après le retard pris par le concert de Véronique Sanson (lui-même retardé). C’est un déluge électrique qui rompit la trêve avec un Yarol monté sur ressorts et absolument décidé à mettre le feu. L’ex-guitariste de Johnny Hallyday et membre de F.F.F. a asséné son rock torride avec vigueur pour le bonheur du public.

P1010283 MICHEL ROLLAND, directeur et programmateur de CBP. Photo B.Jean

C’est ainsi que s’est terminée pour moi cette excellente édition (qui continuait encore le lendemain) et qui a accueilli un public encore plus important (31.000 billets scannés sans compter les gratuits en journée). Il faut saluer le travail formidable de toute l’équipe du festival, dont le sympathique directeur et programmateur Michel Rolland, ainsi que le travail acharné des nombreux bénévoles. Faute de temps j’ai raté de nombreuses autres prestations (Thomas Dutronc, Toto, Catfish, Slim Paul Trio, Isaya, Alexis Evans…) mais je compte bien me venger l’an prochain…                                                                                                                                             B.Jean

http://www.bluespassions.com

 

 

COGNAC BLUES PASSIONS 2019 : Brillantissime (Part.2)

Par défaut

Poursuivons notre balade musicale à Cognac pour cette 26ème édition. Nous sommes le samedi 6 juillet au matin et le soleil commence déjà à s’imposer. Tout comme les années précédentes l’équipe des bénévoles du festival commence à s’activer au jardin. Ils préparent le petit déjeuner offert aux festivaliers chaque matin à partir de 10h. C’est un moment très sympathique qui permet d’assister au premier concert, un café et une viennoiserie à la main…

P1010268 PHILLIP-MICHAEL SCALES. Photo B.Jean

Ce matin c’est Phillip-Michael Scales, natif de Detroit, qui officie seul avec sa guitare électrique. Nourri au blues et à la soul, ce chanteur – dont l’oncle est un certain B.B.King – s’est peu à peu orienté vers un indie rock plus personnel même s’il conserve fièrement ses influences. Sa voix chaude et sensuelle ont vite conquis un public déjà nombreux pour ce créneau matinal.

C’est sur cette même scène du Tonic Day que l’on découvrira à 13h la chanteuse Ysé Sauvage. Elle s’accompagne aux claviers, avec à ses côtés un guitariste et une jeune femme à la batterie. L’univers d’Ysé prend ses racines dans une pop-folk anglophone où elle se sent à l’aise et qui lui permet d’exprimer pleinement sa créativité. Son dernier EP « Scenario » est sorti en mars dernier.

P1010278 YSÉ SAUVAGE. Photo B.Jean

Ambiance complétement différente à 16h sur la scène Experience Cognac avec Griot Blues. Cette super formation s’est greffée autour du musicien de blues américain Mighty Mo Rodgers (claviers, chant) et du musicien malien Baba Cissoko (ngoni, talking drum,chant). Ces deux monuments musicaux sont entourés par un percussionniste, un batteur, un guitariste et un bassiste. Le résultat de cette rencontre est un cocktail explosif qui agit très vite sur vos jambes… D’ailleurs un noyau dur de spectateurs a vite compris le message et a entrepris de se défouler avec plaisir au son de cette musique à la fois moderne et ancestrale.

P1010280   P1010279                                    MIGHTY MO RODGERS et BABA CISSOKO. Photos B.Jean

C’est au « 1715 Avenue du Blues » (l’antre des cognacs Martell) que je me suis ensuite rendu à 19h afin d’assister au concert de la grande Sarah McCoy. La chanteuse américaine originaire de La Nouvelle-Orléans a longtemps trainé son blues et son spleen sur les routes et dans des lieux douteux. Sa vie chaotique est à mille lieux d’un long fleuve tranquille et ses drames intimes continuent à nourrir ses chansons. L’émotion que l’on ressent en écoutant sa voix puissante et bouleversante est impossible à traduire… Malgré l’ambiance sombre et souvent désespérée de ses textes, la jeune femme (qui maitrise parfaitement notre langue) possède un humour et un franc parler irrésistibles et ses éclats de rire fréquents sont plus que communicatifs ! Un grand moment du festival…

P1010285    P1010287  SARAH McCOY, 1715 Avenue du Blues. Photos B.Jean

Le temps de quitter le 1715 Avenue du Blues et de rejoindre le site de l’Hôtel de Ville, le concert de Roger Hodgson avait débuté dans un site Blues Paradise archi complet. Impossible de voir quoi que ce soit ni d’espérer descendre se rapprocher un peu… Seuls les écrans latéraux permettaient d’apercevoir le chanteur-guitariste de Supertramp. Heureusement la qualité sonore irréprochable (comme dans tous les autres concerts de ce festival) nous laissait découvrir tous les talents de compositeur de ce musicien dont les différents succès ont traversé le temps sans prendre une ride.

P1010290 FANTASTIC NEGRITO. Photo B.Jean

La prestation de Fantastic Negrito n’est pas passée inaperçue sur la scène Experience Cognac. Une énergie hors du commun caractérise ce chanteur et guitariste américain natif d’Oakland. Une sorte de Jimi Hendrix qui aime les couleurs vives el la vie. Un grave accident de voiture a failli lui ôter cette dernière… Fantastic Negrito est une vraie bête de scène et possède un charisme évident.

Autre déflagration électrique ensuite sur la grande scène avec Garbage. Apparu dans les années 90 ce groupe américain mélange habilement un rock tranchant à la Nirvana avec des effets électroniques efficaces. Sa chanteuse écossaise Shirley Manson a elle aussi une sacrée présence. Elle ne cesse d’arpenter la piste en décrivant de larges cercles pendant que le guitariste assène ses riffs tranchants devant la scène avant de se replier rapidement tel un tireur au front.

P1010298 P1010312 P1010319 GARBAGE. Photos B.Jean

Suite et fin de ce parcours musical très bientôt…                                                                          B.Jean

 

 

 

 

COGNAC BLUES PASSIONS 2019 : Une édition brillantissime (Part.1)

Par défaut

SignatureCBP2019

Le 7 juillet s’est achevée la 26ème édition du festival Cognac Blues Passions. Le soleil n’a pas été le seul à briller ardemment dans le ciel charentais du 3 au 7 juillet dernier. Les nombreux artistes présents ont aussi largement réchauffé le coeur du public par leur talent. Cette édition a été marquée par une programmation artistique haut de gamme, notamment en ce qui concerne les spectacles gratuits. Voici donc un petit aperçu (non exhaustif) sur différents concerts vus tout au long de cette édition.

P1010229   KAZ HAWKINS. Photo B.Jean

Tout a commencé pour moi le vendredi 4 au château Royal à 14h30 pour un « Groove au château » en compagnie de la phénoménale chanteuse Kaz Hawkins. Cette irlandaise est une des rares voix féminines à porter (très haut) le flambeau du blues sur la verte Erin. Ses capacités vocales sont hors norme et lui permettent de changer de tonalité avec une aisance remarquable. Ses chansons reflètent une vie agitée, parsemée de violences qu’elle a subies et qui l’ont profondément marquée. Accompagnée du pianiste Sam York elle a donné un concert émouvant et sensible.

P1010227

KAZ HAWKINS. Photo B.Jean

  Pour la petite anecdote je me suis retrouvé à partager le micro avec elle car elle m’a désigné au premier rang pour venir près d’elle… La tâche était bien sûr vouée à l’échec, mais d’après sa réaction et celle du public je ne m’en suis pas trop mal sorti ! Un sacré souvenir qu’elle a tenu à concrétiser en piquant mon appareil photo et en faisant un selfie avec espièglerie (voir photo ci-contre).

 

Le temps de me remettre de mes émotions, j’étais au jardin assister à la prestation de Mr Day (que l’on retrouve au sein d’Automatic City) et de son combo. Un blues électrique et tonique qui fait la part belle aux guitares et au clavier.

P1010237

Mr.DAY. Photo B.Jean

L’annulation du concert de J.S.Ondara quelques jours avant le début du festival a été un second coup dur après le rendez-vous manqué de Macy Gray il y a plusieurs mois. L’artiste kényan, surnommé par certains critiques le « Bob Dylan africain » n’a pas réussi à obtenir son passeport à temps ! Ce problème est malheureusement de plus en plus fréquent dans les festivals et touche souvent des musiciens d’Afrique…

P1010240 CARRÉ COURT. Photo B.jean

C’est au quatuor Carré Court qu’est revenu la tâche de « remplacer » J.S.Ondara. C’était pour ce groupe (duo au départ) originaire de Limoges une belle opportunité de se faire connaitre et ils ont réussi leur mission avec succès. La voix de Julie évoque par instant celle de Lana Del Rey et la guitare d’Émilien soutient une pop teintée de soul très agréable. Leur premier album « Out of the bloom » est sorti en avril dernier et sera chroniqué ici prochainement.

P1010239    P1010247    P1010246    Bertignac en balance…              et Bertignac en concert. Photos B.Jean

Sur la scène principale du Blues Paradise ont résonné les premières notes d’un classique de Téléphone. C’est Louis Bertignac et son groupe qui ont donné un concert énergique et rafraichissant à base de standards des Beatles, des Stones et même des Who avec une surprenante version française de « Won’t get fooled again ». Sans oublier bien sûr les titres très attendus de son ancien groupe mythique, les plus sollicités par le public. Avec ses compagnons de route dont l’excellent guitariste Nico et Zoo le bassiste, Louis a démontré qu’il restait toujours un superbe guitariste en plus d’être un bon chanteur.

P1010261            P1010256 RICKIE LEE JONES. Photos B.Jean

Quel plaisir de retrouver la voix délicieusement nasillarde et intacte de Rickie Lee Jones après toutes ces années… L’interprète de « Chuck’s in love », titre qui l’a propulsé en France, a gardé tout son charme. Elle nous a gratifié évidemment de son hit mais aussi de belles reprises (son dernier album y est consacré) comme sa version de « Bad Company », morceau phare du groupe mythique de Paul Rodgers (l’ex-chanteur de Free).

P1010265

TOWER OF POWER. Photo B.Jean

Plus tard ce fût au tour de Tower of Power d’enflammer le Blue Paradise avec son funk californien ensoleillé qui fait la part belle aux voix et aux cuivres. Ce groupe des années 70 a été le précurseur d’un style musical redevenu très en vogue depuis.

Suite du compte-rendu dans les prochains jours…                                                                B.Jean

http://www.bluespassions.com              http://www.facebook.com/Cognac.Blues.Passions.festival

LOÏS LE VAN « VIND » (Cristal Records)

Par défaut

VisuelHD - VIND

Le chanteur Loïs Le Van a fait partie du groupe de jazz-rock belge Canopée, a collaboré à l’album « Murmures » du groupe Murmures, ainsi qu’à « Morning lights » du groupe Grounded (chroniqué ici-même). On lui doit également « Rendez-vous à l’Ovyne » en 2017 avec le Bravo Big Band.

Sur ce nouvel album, dont les textes ont été écrits par sa complice Laura Karst, le chanteur est accompagné par une autre habituée de son parcours, la pianiste Sandrine Marchetti. Le trio est magnifiquement complétée par le guitariste Paul Jarret dont on avait fortement apprécié ici « I told the little bird » en 2018 avec son groupe Pj5.

Loïs Le Van a composé l’essentiel de « Vind » (« Vent » en suédois), à l’exception de 3 titres signés Paul Jarret. L’ensemble baigne dans une atmosphère douce et délicate entretenue par la voix suave du chanteur.

« Vind » apporte une douce brise musicale dans l’univers large et varié du jazz actuel.         B.Jean

http://www.loislevan.com

Sortie le 30 août 2019

 

PART-TIME FRIENDS « FIRE »

Par défaut

53603300_10156338426511701_5959334983683276800_n

Après deux albums, « Fingers crossed » puis « Born to try », le duo Part-Time Friends constitué de Pauline et Florent revient avec un nouvel EP.

Le producteur anglais Tom Manning, responsable du deuxième album, est de nouveau présent aux côtés du duo pour ces quatre chansons toujours aussi accrocheuses. La nouveauté est la direction plus rock prises par Part-Time Friends.

Le titre « Fire » qui ouvre le disque a d’ailleurs été choisi pour figurer dans la B.O. du film « Child’s play : la poupée du mal », 8ème opus de la série « Chucky ». Le clip qui illustre la chanson retrace habilement toute l’histoire du groupe (voir ci-dessous).

La pop-rock (parfois un brin électro) de Part-Time Friends est redoutablement efficace et contagieuse et n’aura aucun mal à vous faire danser. Le duo présentera ce nouvel enregistrement pour la première fois au Montreux Jazz Festival le 5 juillet prochain.       B.Jean

http://www.parttimefriendsmusic.com

Sortie le 5 juillet 2019

 

THOMAS FERSEN « LES VIEILLES »

Par défaut

Depuis 1993, Thomas Fersen a creusé son sillon musical avec un univers très personnel empreint de poésie et de rêves. Son prochain album « C’est tout ce qu’il nous reste » sortira le 27 septembre prochain.

Voici un clip original tout neuf pour nous mettre l’eau à la bouche…                                      B.Jean