RUN SOFA « THE JOY OF MISSING OUT » (JauneOrange)

Par défaut

57503670_1069970016523421_7717124613850791936_n

Antoine et Julien, les deux cousins de Run Sofa nous viennent de Belgique. Leur plaisir semble de vouloir casser allégrement tous les codes de la planète musicale en y intégrant un côté décalé dans un joyeux foutoir.

 « The joy of missing out » se compose de 6 titres qui bousculent les neurones (c’est peu de le dire !), dont « Weird » qui est sorti en clip . On ne risque pas de reprocher à Antoine Romeo (chant) et Julien Tassin (guitare) de caresser leurs auditeurs dans le sens du poil… Entre punk bruitiste, rap et hip-hop sous hallucinogène, le duo nous emmène dans un univers cauchemardesque, libre de toute entrave.

Pour accompagner la sortie de ce nouvel opus, Run Sofa a même imaginé un jeu vidéo qui permet à l’auditeur-joueur de découvrir peu à peu l’univers de chacun des morceaux de « The joy of missing out », histoire – peut-être – de briser la glace et d’atténuer l’effet d’angoisse que l’on peut ressentir à l’écoute de leur musique.                                          B.Jean

https://www.facebook.com/RUNSOFAOFFICIAL/

Pour jouer au jeu de Run Sofa : https://gamejolt.com/games/the_joy_of_missing_out/407735

anzh_Runsofamissingoutscreenshot0

Publicités

M’TORO CHAMOU « SIKA MILA » (Le Cri de l’Océan Indien)

Par défaut

COVER SIKA MILA©Lechat Ronan _ Soizic Héraudet

J’ai déjà eu l’occasion de vous présenter cet artiste lors de son précédent album « Punk island », sorti en 2016. M’Toro Chamou est une des grandes voix des Comores (sacré meilleur chanteur mahorais aux Voix de l’Océan indien en 2015), et en particulier de Mayotte d’où il est originaire. Là-bas c’est une véritable icône car ses textes n’hésitent pas à dénoncer les conditions de vie des mahorais.

« Sika mila », qui signifie « préserve ta culture » est encore une fois une belle démonstration de sa force et de son talent. Même s’il est établi depuis 2013 à La Réunion il n’en n’oublie pas pour autant ses racines. Sa musique, qualifiée d' »afro M’Godro rock », conjugue rythmes traditionnels des Comores (M’Godro) et sonorités occidentales tendance blues-rock.

Auteur-compositeur et interprète, il possède en plus un jeu de guitare original qui donne à ses concerts une puissance supplémentaire. Les 10 titres de ce nouvel album (le 7ème) ont une énergie farouche qui ne cessent de vous captiver, d’autant que l’alliance entre percussions traditionnelles (taris, n’goma) et guitares électriques est d’une redoutable efficacité…

« Sika mila » offre un voyage inattendu et plein de surprises à travers une riche culture  trop méconnue et dont la voix ne ramène ici qu’un bien faible écho… A découvrir de toute urgence !                                                                                                                                   B.Jean

Sortie le 26 avril 2019            Concert de lancement à Paris (New Morning) le 3 mai

http://www.mtorochamou.com

 

YA PUNTO! « YA PUNTO! » (Yapunto / In Ouï)

Par défaut

39ddcb11-55bf-45a0-9724-8c51e138e134

Le groupe Ya Punto! a été formé en 2015 par une bande de passionnés de musiques colombiennes et afro-péruviennes. Ils sont quatre au départ, mais peu à peu l’équipe va s’étoffer avec la rencontre d’autres amis musiciens et surtout de celle qui deviendra vite leur chanteuse emblématique : Alexandra Charry.

Grâce à une plateforme de financement participatif ils obtiennent l’argent nécessaire pour mener à bien leur projet (fabrication CD, location studio, tournage clip…). Ce premier album de 9 titres a été composé par divers membres du groupe avec la collaboration de la chanteuse Nancy Murillo pour l’écriture des textes. Il a été produit et enregistré par l’ingénieur du son Sébastien Tondo (Ballaké Sissoko, Oxmo Puccino, Anne Pacéo, Bumcello…).

La musique de Ya Punto! conjugue avec bonheur l’héritage culturel amérindien, espagnol et africain. Les textes, quant à eux, nous parlent des travers de notre société de consommation et mettent en valeur la vie de tous les « invisibles » que nous côtoyons sans les voir.

Leur album enchantera tous les admirateurs de musiques afro-colombiennes et d’artistes comme Totó La Momposina, Alé Kumá ou Lucho Bermúdez. Le clip de « Malo viento » a été tourné en Colombie, patrie d’origine d’Alexandra Charry.                                                  B.Jean

 

En concert le 7 mai 2019 à Tours (Temps Machine), le 22 juin à La Chapelle Saint-Mesmin (Festival Balade en Musique), le 25 juin à Paris (Studio de L’Ermitage), le 10 août à Saint-Céré (Festival de Saint-Céré).

https://fr-fr.facebook.com/yapunto/

BEAUTIFUL BADNESS « WALKING ON A MIRROR » (Pias)

Par défaut

55853702_2189796777756074_5468326355240222720_n

En septembre dernier j’avais publié la vidéo de « I’ll be there for you », magnifique reprise du générique de la série « Friends » par Gabriel Sesboué alias Beautiful Badness. Elle annonçait la sortie prochaine d’un EP à paraitre en 2019.

C’est désormais chose faite : voici « Walking on a mirror » qui se compose de 5 titres dont bien sûr « I’ll be there for you »  mais aussi le nouveau single « Walking on a mirror » dans deux versions. Mais les deux pièces maitresses de cet opus sont « Blackbird in the storm » qui met particulièrement en valeur l’extraordinaire voix de cet enfant des nineties et « Tonight ».

C’est un véritable bond en arrière qu l’on fait à l’écoute de la chanson « Tonight » qui semble tout droit sorti d’un album de Queen, période « A night at the opera »… On sait que Beautiful Badness a longtemps baigné dans la culture pop et s’est imprégné de l’univers d’Anthony and the Johnsons, de Rufus Wainwright, de Jeff Buckley, de Queen ou d’Archive. Mais le travail vocal et mélodique sur « Tonight » est vraiment bluffant !

Gabriel Sesboué possède un sens du lyrisme indéniable qu’il a certainement  développé en écoutant des musiciens classique romantiques comme Camille Saint Saëns ou Fauré. Cet EP prouve en tout cas le talent évident de son auteur. A écouter sans modération pour les amateurs de beauté mélodique et vocale.                                                                 B.Jean

https://fr-fr.facebook.com/beautifulbadness

EL GATO NEGRO « OUVRE LA PORTE » (Differ’Ant)

Par défaut

2gg91

Le toulousain Axel Matrod, aka El Gato Negro, a sillonné l’Amérique du Sud pendant une quinzaine d’années. Il a joué avec beaucoup de musiciens là-bas tout en approfondissant ses connaissances sur les différents rythmes traditionnels : cumbia, salsa, paso, cha cha, boléro…

En 2015 il sort son premier album « Cumbia libre » qui se vend à 10 000 exemplaires. La même année il partage la scène avec Manu Chao lors d’un festival d’été avant d’entamer une série de concerts en France, en Europe et en Amérique du Sud en compagnie de son groupe « Cumba Tropical« .

C’est avec une nouvelle équipe qu’il enregistre ce nouvel opus « Ouvre la porte » : une section cuivres, Etienne Choquet aux guitares, Irina Gonzales au chant, Seydou Diabaté Kanazoé au balafon et des invités comme Cyril Atef aux percussions, Samir Laroche aux claviers, Kandy Guira au chant, ainsi que des choristes vénézuéliens… L’ensemble a été masterisé par Alex Gopher (Eddy de Pretto, Christine and the Queen…).

Les 12 titres ont été enregistrés à Toulouse, Bogota, Mazunte et Ouagadougou, ce qui explique la variété et la richesse des styles présents (balafon et voix du Burkina Faso, flûtes et percussions Afro-Colombiennes). Les textes sont chantés en français et en espagnol.

Enfin, le titre d l’album « Ouvre la porte » est aussi celui d’une chanson dédiée à Amnesty International et à La Cimade avec qui il a collaboré et qui l’ont sensibilisé à la réalité des migrants en France. Il a donné lieu à un clip émouvant à voir ci-dessous.               B.Jean

Sortie le 19 avril 2019

http://www.gatonegrotropical.com

 

KYRIAKOS KALAITZIDIS « EXIL-EXILE » (Buda Musique)

Par défaut

773-842-large

Kyriakos Kalaitzidis est un compositeur et un musicien grecque virtuose de l’oud. Il est également le directeur artistique de l’ensemble En Chordais, qui vise à promouvoir la musique grecque et ses diverses influences en provenance du bassin méditerranéen.

Sa famille ayant vécu l’exil, Kyriakos Kalaitzidis a souhaité y consacrer le thème de ce disque à travers ses propres expériences et souvenirs. Ses nombreuses recherches et connaissances concernant les musiques méditerranéennes ont été un précieux atout pour la réalisation de ce projet.

« Exil-Exile »  se déploie en une suite de 16 morceaux principalement instrumentaux mais qui comporte aussi des passages chantés, notamment par Sophia Papazoglou comme dans « Zembekiko de l’exil » ou encore « Voix de l’hirondelle ». Ce dernier thème est d’ailleurs repris de différentes façons tout au long de l’album, créant un magnifique pont entre tradition et modernité, Orient et Occident.

La musique grecque se pare d’intonations arabes avant de laisser la place à un accordéon pour une « Valse orientale » (n°3), puis un piano entame un « tango du feu » (n°14)… Ce savoureux mélange enchante nos oreilles et forme une mosaïque d’émotions merveilleusement distillées par les musiciens d’En Chordais, la chanteuse Sophia Papazoglou et leurs 34 invités.

Avec « Exil-Exile » on peut parler sans exagération de véritable « œuvre », d’une création magistrale qui nous touche tant par sa beauté et sa sensibilité que par la douleur de son thème, malheureusement toujours d’actualité.                                                                         B.Jean

Sortie le 19 avril 2019

https://el-gr.facebook.com/kyriakos.kalaitzidis.3

 

 

 

JAMES ELEGANZ « THE ONLY ONE » (ZRP)

Par défaut

anzh_JamesEleganzTheOnlyOne2

On pourrait s’y tromper, mais malgré son nom, son look et son chant en anglais, James Eleganz est bien français. Il a été, de 2007 à 2017, le chanteur du groupe électro-rock Success. Aujourd’hui il nous revient en solo avec un répertoire plus apaisé dans le style « americana ».

Pour ce faire James Eleganz s’est envolé pour les États-Unis, plus précisément en Californie, où grâce à la rencontre avec Larry Mullins (aka Tobby Dammit), l’ex batteur d’Iggy Pop et clavier de Nick Cave, il a pu enregistrer au mythique studio Rancho de la Luna. Il est le seul Frenchie à avoir franchi les portes de cet antre qui a accueilli entre autres Arctic Monkeys, Queens of the Stone Age, Mark Lanegan…

Les dix chansons de « The only one » baignent dans une ambiance folk-rock que n’aurait pas renié Townes Van Zandt, d’autant plus que l’esprit des textes possède un petit quelque chose de vénéneux et de torturé. On y parle d’amour ravageur, de folie ou encore d’auto-destruction… Ajoutez à cela des voix féminines qui par instant accompagnent le chanteur et qui rappellent celles qui illuminaient les chansons de Leonard Cohen, et vous aurez compris que l’on tient là un album singulier.

James Eleganz a signé toutes les compositions à l’exception de « The horse song », reprise d’Iggy Pop. Il a même eu la chance d’avoir à ses côtés la présence du bassiste des Stooges, Mike Watt, également le fondateur des Minutemen. Tout cela confère à donner à « The only one » une note unique et un charme qui saute aux yeux (et surtout aux oreilles). Une jolie prouesse !                                                                                                                                    B.Jean

https://fr-fr.facebook.com/jameseleganz