GUILLAUME PERRET : « FREE » (Kakoum Records/Harmonia Mundi)

Par défaut

guillaume-perret-free-cover-2000x2000q70

Attention ! Ce disque est un véritable ovni et la créature qui en est responsable semble venir d’une autre galaxie… Cependant, bien qu’il n’y en ait aucune certitude, il ne semble pas dotée de mauvaises intentions. Contrairement aux êtres belliqueux de la série mythique des années 70 « Les envahisseurs » (« The invaders »), il n’est pas reconnaissable par son petit doigt levé, mais par l’étrange objet qui l’accompagne partout. A première vue cela ressemble à un saxophone, pourtant à écouter son enregistrement on peut émettre de sérieux doutes..

Guillaume Perret n’est pas vraiment un inconnu. Il aurait débarqué officiellement en France en 2007 et se serait déjà fait remarquer avec des complices portant le nom de The Electric Epic. Leur premier méfait remonte à 2012 quand ils enregistrent un album, suivi d’un EP l’année suivante, puis d’un autre album en 2014.

La créature semble avoir décidé d’agir seul cette fois avec « Free ». Car malgré les apparences, aucun complice n’est présent sur cet enregistrement, seul son instrument diabolique a concocté et réalisé cette musique « libre », sans aucun étiquetage possible. S’agit-il de jazz, de world, d’électro, de rock… ?  Une chose est certaine : l’objet en question est envoûtant et ne vous lâche plus dès qu’il s’est introduit dans votre lecteur. Il attaque peu à peu tous vos sens et nul ne peut dire à l’heure actuelle quelles en seront les conséquences plus tard…

« Free » débute avec un morceau aux nettes influences classiques, « Walk », qui s’enchaine à « Heavy dance » plus musclé. Ce dernier clôt également le disque dans une version live époustouflante d’une dizaine de minutes. « Seduction » semble parfait comme B.O. d’un film noir ou dramatique. D’ailleurs Guillaume Perret reconnait que « Free » est « conçu comme une musique de film…un parcours libre au travers de différents paysages, différentes émotions ». L’électrification de son saxophone et divers effets lui permettent de récréer les sonorités de toutes sortes d’instruments : guitares, percussions, basse, synthé…

Tout a été fait en 9 jours (enregistrement, édition, mixage), chaque composition a été faite en une seule prise et aucun effet n’a été rajouté en post production. Pour avoir une idée du phénomène, il suffit de regarder une de ses prestations en public comme ici le titre « Pilgrim »: https://youtu.be/tJrCUkLrruo

A n’en pas douter, un des albums coup de cœur de cette rentrée !

Le musicien entame une tournée (une invasion ?) en septembre et octobre en Afrique avant de revenir en France le 14 octobre (La Cigale, Paris) et de poursuivre une tournée nationale.

http://www.guillaumeperret.fr

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s