MANU GALURE « VERTUMNE » (Le Cachalot Mécanique / Bacchanales Prod.)

Par défaut

Drôle d’oiseau que Manu Galure ! Cet énergumène écume les scènes depuis plus de 10 ans avec une énergie et un grain de folie qui n’est pas sans évoquer un certain Jacques Higelin. Ce n’est pas un hasard si il a assuré à plusieurs reprises les premières parties de ce dernier…

Tout a commencé en 2004 avec son groupe Les Ptits T’hommes à Toulouse. Puis à partir de 2006, Manu Galure entreprend une carrière solo en s’accompagnant au piano. Entre 2017 et 2019, l’artiste entreprend un tour de France à pied et en chansons. Il donnera ainsi près de 400 concerts et parcourra quelques 10 000 kms, en se faisant héberger au grès des rencontres.

Les chansons présentes sur son quatrième album « Vertumne » (qui signifie « tourner », « changer ») ont été écrites lors de ce périple hors norme. Le nom du disque signifie « tourner », « changer », mais se réfère aussi à une divinité romaine, dieu des jardins, symbole de la croissance végétale et du cycle des saisons.

Malgré un humour omniprésent (« Que les sangliers te mangent les pieds », « Les pompiers de Cherbourg »), on ressent une certaine forme de désillusion dans l’esprit, et le rire a parfois un goût un peu aigre… Les textes ont été relus, commentés, suggérés et quelquefois corrigés par Sarcloret, Anne Sylvestre et Eric Lareine.

Certains titres s’inspirent de poèmes de troubadours (« Je ferai la chanson qui n’a rien à voir », « Il existe des pluies anciennes »), « Toi qui vis comme un oiseau » cite des vers d’Aragon, tandis que « Vous avez dans votre ville » s’inspire d’un conte allemand.

Tous les sons que l’on entend dans ce disque sont produits à partir de pianos, souvent préparés avec différents matériaux (vis, ruban adhésif, épingles et trombones, marteaux, fils de fer…). Aucun autre instrument n’a été utilisé pour l’enregistrement. Le résultat est assez surprenant et l’atmosphère très particulière.

Le piano joue tous les rôles, passant de la mélodie aux percussions, apportant des stridences, grincements qui donnent véritablement vie aux chansons de Manu Galure. Ce dernier chante et joue du piano à queue, Lorenzo Naccarato est au piano droit et Patrice Caumon joue à l’intérieur des pianos…

Un album étonnant aux textes travaillés, tantôt délirants, tantôt sensibles, irrespectueux, mais toujours attachants.

Bernard Jean

http://www.manugalure.com http://www.facebook.com/manugalure

Sortie le 12 mars 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s