BRET McKENZIE « SONGS WITHOUT JOKES » (Sub Pop / Modulor)

Par défaut

Si le nom de Bret McKenzie ne vous dit pas grand chose, celui des Muppets devrait davantage vous interpeller… Cet artiste a en effet remporté l’Oscar de la meilleure chanson originale en 2012 pour le film « Les Muppets, le retour ».

Il est également l’un des membres du duo néo-zélandais humoristique Flight of the Conchords. On a pu l’entendre le temps d’une chanson dans Les Simpsons, Le Seigneur des Anneaux et Le Hobbit. Il a été aussi musicien au sein du groupe de reggae The Black Seeds et du Wellington International Ukulele Orchestra.

« Songs Without Jokes » est son premier album solo. Il a été essentiellement composé en 2019 pendant la période où il partageait son temps entre son travail à Los Angeles et sa famille à Wellington. Beaucoup de ses compositions évoquent ce tiraillement entre plusieurs directions et la recherche de la paix.

Bien loin des contraintes exercées pour l’écriture de chansons pour le cinéma, Bret McKenzie s’est libéré de ce poids et a laissé son imagination voguer au gré de ses envies. Son talent pour l’écriture se rapproche d’autres artistes comme Harry Nilsson, Randy Newman, Steely Dan ou Dire Straits. Ses chansons alternent humour, pique cinglante, tristesse et commentaire social.

La plupart des titres ont été enregistrés au United Studio de Los Angeles. Le titre « A Little Tune », dont le clip a été réalisé par Ezra Simons a été filmé au Royal Whanganui Opera House, le dernier théâtre victorien restant en Nouvelle-Zélande.

Bernard Jean

Sortie le 26 août 2022

https://www.facebook.com/bretrospective

https://bretmckenzie.bandcamp.com/

MERIDIAN BROTHERS « Meridian Brothers & EL Grupo Renacimiento » (Ansonia Records / Kuroneko)

Par défaut

Fondé en 1998 par le compositeur et multi-instrumentiste Eblis Álvarez, le groupe colombien Meridian Brothers s’est distingué tout au long de sa carrière (10 albums) en proposant un univers mariant ses influences latino-américaines à des sonorités électroniques.

Les Meridian Brothers se sont produit sur les plus grandes scènes de festivals internationaux comme Roskilde Festival (Danemark), les Trans Musicales (France), Festival Bahidora (Mexique), Rock Al Parque (Colombie)…

Ce 11ème album du groupe marque aussi le grand retour du mythique label Ansonia Records qui n’avait pas sorti de nouvelles productions depuis 1990. Créé à New York en 1949 par le portoricain Raphael « Ralph » Pérez, ce label indépendant s’adressait principalement à la diaspora latine new new-yorkaise en offrant un catalogue important et varié d’enregistrements cultes.

Avec cet album, les Meridian Brothers font revivre le son de l’étonnant groupe salsa des années 70 El Grupo Renacimiento à travers les thèmes de prédilection de cette formation, comme les brutalités policières, la marginalisation sociale et la dépendance.

Les Meridian Brothers ont ainsi travaillé ensemble avec El Grupo Renacimiento dans un studio de Bogota pour créer ce son particulier de « fantastic salsa dura ». Neuf titres qui raviront les aficionados de ce style et surprendront probablement les autres.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/meridianbrothers/

THE MOUNTAIN GOATS « BLEED OUT » (Merge Records / Modulor)

Par défaut

Formé en 1990 à Claremont (Californie), le groupe The Mountain Goats a été créé par son chanteur et auteur-compositeur John Darnielle. Ce dernier a écrit près de 600 chansons, dont beaucoup abordent des thèmes assez sombres et tragiques où il est souvent question de drogues et d’alcool.

« Bleed out » est le vingtième album de ce groupe qui est établi en Caroline du Nord. Longtemps fasciné par les films d’action et les thrillers, John Darnielle composait à ses débuts à la guitare avec ces films en fond sonore tout en notant parfois les dialogues ou les intrigues. Ce nouveau disque s’inspire largement de ces films des années 60, 70 et 80.

Le principal thème abordé de « Bleed out » tourne autour de la vengeance, ce qui fait son attirance mais aussi sa profonde inutilité. L’album démarre avec une chanson expliquant la préparation de cette vengeance, puis d’autres titres décrivent l’acte lui-même avant d’en montrer les tragiques conséquences vers la fin du disque.

Les titres des morceaux sont à cet égard significatifs et explicites : « Mark on you », « Bones don’t rust », « First blood », « Make you suffer », « Need more bandages »… John Darnielle avait déjà par le passé traité le sujet de la violence, notamment dans son troisième roman « Devil house ».

Aux côtés de John Darnielle, ses musiciens actuels sont Alicia Bognanno (guitare, claviers, choeurs), Peter Hughes (basse,guitare,choeurs) et John Wurster (batterie, choeurs). Alice Bognanno est également productrice de l’album. Un album que John Darnielle a dédié à tous les acteurs et réalisateurs de ces films d’action.

Bernard Jean

Sortie : 19 août 2022

https://www.facebook.com/mountaingoatsmusic/

En écoute sur https://themountaingoats.bandcamp.com/album/bleed-out

5 SECONDS OF SUMMER « Blender »

Par défaut

Le quatuor australien pop-rock 5 Seconds Of Summer, composé de Luke Hemmings (chant, guitare), Michael Clifford (chant, guitare), Calum Hood (chant, basse) et Ashton Irwin (chant, batterie) auteur de quatre albums (12 millions vendus) annonce son nouvel album très attendu pour le 23 septembre 2022.

Cet album s’est construit dans des conditions inhabituelles pour le groupe. Après la sortie de leur quatrième opus « Calm » en 2020, la pandémie a tout bouleversé et les musiciens se sont retrouvés seuls pendant 10 jours dans un studio à Joshua Tree pour travailler sur de nouveaux titres. Du coup Michael a pris en charge la production et les musiciens ont ressenti une liberté de création nouvelle.

5 Seconds Of Summer a laissé une belle poignée de hits tout au long de ses dix ans de carrière, et des titres comme « Youngblood », « Teeth » ou encore « Who do you love » ont assis la réputation du groupe. Pour « 5SOS5 », leur prochain opus, ses membres ont écrit la majorité des titres.

Les singles « Take my hand » et « Complete mess »ont déjà été publiés en avant-première. Le groupe vient de sortir un nouveau titre, « Blender » avant la sortie prochaine de l’album, histoire de nous mettre un peu plus l’eau à la bouche…

Bernard Jean

http://5sos.com

SOUND OF CERES « EMERALD SEA » (Joyful Noise / Modulor)

Par défaut

Sound Of Ceres est le nom du projet audiovisuel de K.Hover (chant, textes, costumes, chorégraphie), Derrick Bozich (harpe, flûte, compositions), Jacob Graham (mélodies, synthé, costumes, éclairages) et Ryan Hover (compositions, production).

« Emerald sea » est le troisième album de cette formation new-yorkaise. C’est un étrange disque, constitué d’une suite de chansons qui s’inspirent du ballet « Daphnis et Chloé » de Maurice Ravel, de l’exotica de Les Baxter ou encore de l’oeuvre « Les Planètes » de Gustav Holst.

Il raconte comment l’univers apprend à se connaitre, il étudie l’intimité au niveau du cosmos. Écrit en trois actes, il suit l’évolution de l’univers (ses débuts, son développement, sa fin) à travers deux divinités qui s’entrainent l’une l’autre aux confins de l’expérience.

L’artiste performeuse Marina Abramović incarne l’Univers et tout ce qui existe, quant à la chanteuse Karen Hover (alias K) elle représente Vénus, transformatrice de la matière et avatar de l’amour.

Avec ses passages instrumentaux ambitieux et ses influences oniriques, « Emerald Sea » constitue la base idéale pour de futures performances scéniques. L’aspect visuel y tient également une grande importance.

Une dream pop atmosphérique surprenante et envoûtante pour un projet atypique et ambitieux.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/SoundOfCeres

MAYU « Parle-moi du soleil » (Baboo Music)

Par défaut

Bassiste, contrebassiste, Mayu est un artiste brésilien qui écrit, compose et interprète lui-même ses chansons. Son premier titre en français « Prisonnier » l’a fait découvrir au public, avec sa musique teintée de world, de jazz et d’influences brésiliennes.

Mayu est arrivé en France en 2009 où il a étudié la musique au Conservatoire d’Agen, avant d’être remarqué par Aurélie Cabrel et Esthen Dehut, tous les deux artistes (livre-disque « Zélie la pirate ») et fondateurs du label Baboo Music.

Après la chanson « Prisonnier », Mayu poursuit sa trajectoire avec une nouvelle composition « Parle-moi du soleil », dont les textes ont été écrits par Francis Cabrel. Une chanson de saison,lumineuse et ensoleillée toujours avec ce mélange musical très plaisant entre chanson, world et ambiance jazzy.

L’artiste prépare son premier album « Pas d’ici » dont la sortie est prévue avant la fin de l’année.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/mayuartiste/

FRIENDSHIP « LOVE THE STRANGER » (Merge Records / Modulor)

Par défaut

Peter Gill (guitare), Michael Cormier-O’Leary (batterie), Jon Samuels (basse) et Dan Wriggins (chant, claviers, accordéon) constituent le groupe Friendship. Basée à Philadelphie (Pennsylvanie), cette formation livre une country alternative teintée de pop.

« Love the stranger » est leur premier album pour le label Merge, mais le troisième dans leur discographie débutée en 2015 avec « You’re Going to Have to Trust Me ». Le groupe a écrit et composé la totalité des titres de ce disque enregistré à Lincoln, Rhode Island.

La pedal steel guitare, la guitare folk et les cordes synthétiques flirtent avec les effets du pad MIDI pour nous offrir une americana vivifiante où se croisent différentes influences qui vont de Lucinda Williams à Lambshop. Des influences représentatives de chacun des membres de Friendship.

Les 17 titres de « Love the stranger » renouvellent un genre souvent surexploité en y incorporant une fraicheur, un sang neuf et aussi un son différent. Sur le titre « What’s the move », c’est la chanteuse Jess Shoman, du groupe Tenci, qui tient le micro.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/Friendshipsally

ALEXIS HK « Bobo Playground »

Par défaut

Avec six albums à son actif et de nombreux concerts, Alexis HK a su créer un univers très personnel depuis vingt-cinq, ans avec des textes souvent plein d’humour et de poésie chantés avec sa voix grave vite reconnaissable.

Cet artiste très-pince-sans rire sur scène a souvent croisé la route avec Renan Luce et Benoît Dorémus et s’est même permis le luxe de faire un beau clin d’oeil à Brassens avec son album « Georges & moi ». Toutes celles et ceux qui ont eu la chance de le voir sur scène n’auront pas oublié sa bonne humeur et sa fraicheur.

Son prochain album « Bobo Playground » est prévu pour pour le 23 septembre 2022. Pensé comme « un terrain de jeux poétique et musical » il a muri pendant le confinement et ce sentiment désagréable d’enfermement que nous avons tous partagé.

Avec sa plume toujours aiguisé et son amour de la langue, il se moque de lui-même et du côté « bobo » qu’on lui colle souvent. Ses textes évoquent le besoin pour beaucoup d’individus d’apposer une étiquette sans se soucier des éventuelles blessures que cela peut infliger à l’autre…

Après son premier single « Le tweet », Alexis HK présente son petit dernier « Bobo Playground » accompagné d’un clip réalisé par Olivier Bennoun et Bim Production.

Bernard Jean

https://fr-fr.facebook.com/alexishkofficiel

THEA SOTI « ØVER+ » (Planisphère / Kuroneko)

Par défaut

La chanteuse et compositrice électronique d’avant-garde Thea Soti est une artiste multidisciplinaire d’origine serbo-hongroise. Passionnée par les recherches sur la voix humaine, elle explore toutes les possibilités d’improvisation acoustique avec les musiques de chambre et les orchestres.

Interprété, produit et enregistré par Thea Soti, « Øver+ » est son premier album en solo. Il a été enregistré à Berlin l’année dernière. L’artiste réside à Cologne, en Allemagne mais c’est sur le label parisien Planisphère, spécialisé dans les musiques expérimentales, qu’elle a choisi de présenter son nouveau projet.

Autour de 10 compositions relativement courtes (à part le morceau final de 07’57), Thea Soti nous plonge dans un univers hybride où voix et machines fusionnent pour former une étrange symphonie. La voix humaine y est triturée, torturée et manipulée à l’aide de techniques numériques.

La question que semble se poser l’artiste est la suivante : est-il possible de remplacer les voix humaines par celles de machines ? En explorant toutes les possibilités techniques existantes Thea Soti livre des éléments de réponse avec un travail qui évoque celui de la performeuse américaine Laurie Anderson dans les années 80.

Pour rendre encore plus fascinant ce projet, elle a créé une installation audio-visuelle qui le rend encore plus immersif. A la fois étrange et poétique, « Øver+ » est une oeuvre surnaturelle qui est née à partir de la propre voix de Thea Soti. A découvrir avec le single et clip qui en est extrait, « Multiple lovers aren’t enough ».

Bernard Jean

http://www.theasoti.com

MAYFLY « Passenger Seat » (Duprince Records)

Par défaut

Charlie et Emma sont auteures-compositrices-interprètes et forment le duo montréalais Mayfly. Après un premier EP indie-pop (« Essence » en 2021), les deux jeunes femmes se sont orientées vers un univers plus électro-pop un poil plus sombre et moins innocent.

Depuis leurs débuts Charlie et Emma gèrent tous les aspects de leur projet (artistique, visuel et créatif) en produisant elles-mêmes leur travail. Créé en 2017 à Montréal, Mayfly a su s’imposer sur la scène musicale par la diversité de ses talents et sa douce énergie.

Le duo sortira son premier véritable album intitulé « Hideaway » dans le courant du mois d’octobre 2022. Il en a déjà présenté un extrait avec le single « Black Water » récemment (voir chronique du 16/06/2022).

Voici un nouvel extrait de ce futur album avec le titre « Passenger Seat » dont le clip a été réalisé par Adrian Villagomez. Un morceau parfait pour accompagner cette saison d’été chaude et moite ainsi que l’envie d’évasion…

Bernard Jean

Sortie le 21 juillet 2022

https://www.facebook.com/wearemayfly