CARYN TRINCA « Je Veux Naître » (Believe)

Par défaut

Chanteuse, comédienne, auteur et coach vocal, Caryn Trinca a aussi participé à des comédies musicales dont « Les Années Twist » et « Piaf Je T’aime ».

Elle s’est également formée à la danse, a co-écrit et interprété « Le Chant de Coton », une comédie musicale qui associe arts et langue des signes, enseigne le chant au Cours Florent à Paris… Bref, Caryn est une artiste complète qui cumule les talents.

Un album est prévu pour 2022, qui alterne jazz, rock et pop mélodique, le tout avec une orchestration très lyrique qui met en valeur sa voix aérienne.

« Je Veux Naître », premier extrait de l’album nous donne un petit aperçu de ce talent discret mais évident. A travers les interrogations de l’âme d’un bébé qui va bientôt venir au monde, Caryn Trinca exprime des sentiments pudiques et forts qui ne laisseront personne indifférent.

C’est sûr, la chanteuse a des choses à dire et elle le fait avec énormément d’aisance et de brio. Réalisé et mixé par Sébastien Debard (également au piano), l’album utilise aussi bien un bandonéon, un piano, un orchestre à cordes que des percussions funky. On l’attend avec impatience.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/caryntrincalbum/

BOYS NOIZE « Nude » feat. TOMMY CASH (BNR)

Par défaut

Alex Ridha, alias Boys Noize, sortira son nouvel album studio le 25 septembre prochain sur son label BNR. Il s’agira de son cinquième album. Avec ce disque,intitulé « + / – » ( qui se prononce « Polarity »), le DJ et producteur germano-irakien basé à Berlin poursuit ses explorations électroniques.

Boys Noize s’est imposé comme l’un des DJ’s et musiciens phares de la scène électronique, très apprécié dans le milieu underground, notamment grâce à ses penchants techno-punk, propres à enflammer les foules (comme à Coachella).

Dès son premier album « Oi Oi Oi » en 2007, il a fait exploser l’industrie musicale vieillissante avec son mélange de house, de sons industriels et de techno survitaminée. Boys Noize a donné des milliers de performances sur toute la planète.

Il a collaboré également avec une multitude d’artistes de tous horizons (Frank Ocean, Bon Iver, Mark Ronson…) et a remixé avec un talent indéniable Depeche Mode, Rammstein, Daft Punk, David Lynch

Pour présenter son nouvel album « + / -« , Boys Noize sort simultanément deux singles, « Nude » (avec l’artiste estonien Tommy Cash) et « Xpress Yourself », qui donnent un avant-goût du disque, après avoir dévoilé ces derniers mois d’autres titres en compagnie de Rico Nasty, Kelsey Lu et Chilly Gonzalez, Corbin ou encore Jake Shears.

Avec ce nouvel opus, le DJ s’enfonce encore davantage dans l’exploration des synthés modulaires. « L’album plonge dans la tension polaire entre les styles musicaux et les mondes dans lesquels je me trouve » (Boys Noize).

Bernard Jean

https://www.boysnoize.com/

VIC SPENCER x MIL BEATS « BRAINSTEM FACTORY » (Effiscienz / Modulor)

Par défaut

Le beatmaker et producteur parisien Mil Beats vient de sortir un album collaboratif avec le rappeur de Chicago Vic Spencer.

Les 14 titres de « Brainstem Factory », dont la totalité des textes a été écrite et interprétée par Vic Spencer (à l’exception de « Situation OG » de Willie The Kid), créent une atmosphère bien particulière, très cinématographique.

D’ailleurs deux des compositions présentes sur le disque bénéficient de clips qui sont de véritables petits films. Il s’agit de « Situation OG » et de « Once Upon The Time », qui forment en fait deux épisodes d’une même histoire. DJ Djaz vient apporter sa contribution sur quatre morceaux.

Tous les titres ont été produits et mixés par Mil Beats, on doit la programmation batterie et les samples à Miloud Sassi, les cuts et scratches à DJ Djaz.

Sorti en digital le 23 juillet, « Brainstem Factory » déclinera ses versions album, vinyle et cassette en septembre 2021.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/pg/themilbeats/posts/

ALTIN GÜN « ÂLEM » (Glitterbeat)

Par défaut

2021 est décidément une année riche en projets pour le groupe psychédélique turc Altin Gün ! Après leur réjouissant album « Yol » paru le 26 février dernier et couvert d’éloges, les six musiciens présentent un nouvel enregistrement…

La particularité de ce nouvel album « Âlem » est qu’il sera disponible uniquement en digital et exclusivement sur Bandcamp. Enfin, Altin Gün a volontairement choisi de reverser intégralement tous les revenus issus de la vente de ce disque au groupe de protection de la nature EarthToday.

Pour chaque morceau acheté sur cet album, vous contribuerai à protéger 1 mètre carré de nature qui sera enregistré à votre nom avec une preuve numérique. Par ce système original EarthToday a réussi à préserver 4.660 m² de nature…

Cela fait longtemps que le groupe se soucie des problèmes environnementaux. Il privilégie ainsi les transports en train ou en van, les repas végétariens, refuse le plastique dans les loges, et compense le CO2 en cas de vol aérien.

Mais ses membres ont voulu aller plus loin en enregistrant un album complet et en versant tous ses revenus à EarthToday afin de les soutenir dans leurs actions, « pour nous une façon de contribuer à une planète plus saine » (sic).

Grâce à sa méthode, EarthToday vise à construire une initiative mondiale qui protégera 50% de la planète d’ici 2050.

Le clip de la chanson « Kisasa kisas » nous permet de découvrir le single digital extrait de ce nouvel album, disponible à partir du 23 juillet 2021.

Bernard Jean

https://altingunband.bandcamp.com/

https://earthtoday.com/

KANDY GUIRA « Vie Chère » feat. ALIF NAABA (Que Du Bonheur En Son/RFI Talent/Vlad Production/In Ouïe Distribution)

Par défaut

C’est le 22 octobre prochain que la chanteuse Kandy Guira, une des plus belles voix du continent africain, révèlera son nouvel album « Nagtaba » (« Ensemble »). Deux ans après son EP « Tek-La-Runda », l’Amazone du Burkina Faso fera ainsi son grand retour avec 12 titres chargés d’humanisme.

Cet album se veut un véritable appel à la solidarité et au rapprochement, et la femme symbolise le lien parfait pour créer et développer cette entente. « Nagtaba » se présente comme profondément positif, féminin et métissé.

L’album comprendra la participation d’invités prestigieux comme Alif Naaba, Jowee Omicil, Floby et Maï Lengani. Sur le premier titre extrait de ce futur album, « Vie Chère », Kandy Guira partage son micro avec son compatriote Alif Naaba, « le prince aux pieds nus ».

Dans cette chanson, fidèle à son goût pour le métissage, la chanteuse y développe une électropop où les musiques du Burkina Faso et les sons urbains s’entrecroisent avec bonheur et ferveur.

Sa jolie voix ne fait pas oublier que l’artiste, interprète, auteure-compositrice et productrice, est également engagée pour soutenir les enfants malentendants et la cause des femmes.

Concert de lancement le 6 octobre 2021 au Petit Bain, Paris.

Bernard Jean

http://www.kandyguira.com

JUDE TODD « Don’t Need Your Love »

Par défaut

Le chanteur franco-anglais Jude Todd baigne depuis longtemps dans la culture pop britannique (The Beatles, The Verve…). Son père anglais travaillait d’ailleurs à la BBC.

Sa pop se situe dans la ligné d’artistes comme Macklemore, Benee ou Lukas Grahame. Ces dernière années on a pu le voir en 1ère partie de Benjamin Biolay, Gaëtan Roussel, Charlie Winston, Lou Doillon… Son premier EP devrait sortir en fin d’année.

Avec son nouveau single « Don’t Need Your Love », Jude Todd nous offre un titre accrocheur, à la fois simple et efficace, taillé pour l’été. Il est disponible en digital.

Bernard Jean

https://www.facebook.com/JudeToddOfficial

SYLVIA « SWEET STUFF » (WeWantSounds / Modulor)

Par défaut

Ce disque n’est pas une nouveauté, mais c’est pourtant une sacrée surprise. « Sweet Stuff » date en effet de 1975 et est sorti sur le label Vibration (sous label de All Platinum/Stang/Turbo), fondé par l’artiste elle-même. C’est la première fois depuis, que cet enregistrement devenu rare fait l’objet d’une réédition en vinyle.

Sylvia Robinson (Vanterpool de son vrai nom) est née à New York et a commencé très tôt à chanter sous le nom de Little Sylvia dans les années 50. C’est son duo avec le guitariste Mickey Baker, Mickey & Sylvia, qui l’a faite connaitre au plus grand nombre. Après quelques grands succès le duo se sépare six ans plus tard.

Sylvia fonde en 1966 All Platinum Records, puis Stang Records et Vibration. En tant que productrice, elle obtiendra de nombreux succès avec les groupes de ces labels, comme The Moments ou encore Shirley & Co’s (« Shame Shame Shame »).

En solo, sous le nom de Sylvia, elle aura un énorme succès avec le hit « Pillow Talk » en 1973. La même année elle reprendra la chanson de Serge Gainsbourg « Je T’aime Moi Non Plus », rebaptisée « Soul Je T’aime » (présente sur « Sweet Stuff ») et fera un duo avec le chanteur latino Ralfi Pagan.

En 1979 elle fonde Sugar Hill Records avec son époux Joe Robinson et met le hip hop à l’honneur en produisant « Rapper’s Delight » (1979), puis « The Message » (1982).

L’album « Sweet Stuff » paru en 1975 et devenu rare présente la chanteuse à l’apogée de son art. Le vinyle, avec sa pochette originale, contient plusieurs classiques comme « Private Performance », la ballade soul super sensuelle « Alfredo » ou encore « Sho Nuff Boogie » qu’elle interprète en compagnie des Moments.

On y trouve en bonus la version longue de « Soul Je T’aime » (05:21) ainsi que « Sho Nuff Boogie, Part 2 » sorti uniquement en face B du single. Il est vraiment temps de (re)découvrir cette grande artiste, surnommée « la marraine du hip hop », décédée en 2011.

Bernard Jean

https://wewantsounds.bandcamp.com/merch/sylvia-sweet-stuff-special-lp-edition-black-vinyl

RAVAGES « Vamos A La Playa »

Par défaut

Après la publication de son EP « Jusqu’au Large », le duo Ravages revient avec un single fait pour ensoleiller notre été. Il a choisi de reprendre un tube italien (chanté en espagnol) des années 80 : « Vamos A La Playa ».

Si beaucoup de gens connaissent ce titre, bien peu connaissent ce qui se cache derrière… Son refrain entêtant et son ambiance festive camouflent un côté plus « engagé » qu’il n’y parait. Car derrière la fête et la danse, les textes font une allusion directe au risque nucléaire !

A l’origine, le duo Righeira (Stefano Rota et Stefano Righi) fasciné par les synthétiseurs et la musique électronique, avait voulu créer une chanson post-atomique avec un son électronique pour raconter une virée vers la plage après une explosion nucléaire.

Visiblement, personne n’a vraiment fait attention à ce sens caché… C’est en septembre 2020 que les parisiens de Ravages avaient carte blanche pour reprendre une chanson dont le message était caché (c’était la consigne) afin de la jouer à la Fête de l’Humanité. Malheureusement, le concert a dû être annulé au dernier moment par le duo, suite au résultat en attente d’un test Covid.

Finalement, Simon et Martin ont décidé de garder ce titre qu’ils avaient adapté en français et de l’enregistrer. C’est lui qui arrive maintenant en single avec le clip correspondant. On reconnaitra au passage, à partir de la 2ème minute, les célèbres notes de « Radioactivity » de Kraftwerk

Bernard Jean

https://www.facebook.com/ravagesravages/

ANNIKA AND THE FOREST « Pretence » (Whatever / Kuroneko)

Par défaut

Le 1er octobre prochain sortira le troisième album de Annika and The Forest. Après  » Chromatic » en 2015 et  » She » en 2017, Annika Grill présentera « Même La Nuit », sa dernière cuvée.

La jeune femme, d’origine suédoise, explique ainsi son parcours : « Il me semble avoir traversé deux paysages. Le premier, Chromatic, convoquait les couleurs de l’arc-en-ciel, la nuit nordique. Le second, She, laissait place à la lumière, comme si quelqu’un avait décidé d’allumer une lampe dans cette pièce… Puis vient la lumière naturelle qui change perpétuellement. Même la nuit, il y a le jour ».

« Pretence » est le premier single extrait de ce futur album à venir. Un morceau très pop electro servi par un clip surprenant où on a beaucoup de mal à reconnaitre la chanteuse… Annika y est parée d’une perruque exubérante, de faux cils, très maquillée, une sorte de bimbo, très éloignée de son image sobre.

Annika a réalisé elle-même la vidéo, avec la photographe Daisy Reillet. C’est un clip plein d’autodérision où elle se met en scène dans une piscine avec des naïades, se moquant des insultes présentes dans les textes de la chanson.

L’artiste est entourée de ses musiciennes habituelles, Edith Fambuena (guitares, claviers) et Zoé Hochberg (programmations, batterie). L’album a été enregistré en Suède, à Göteborg, produit et enregistré par Charles Storm (Roxette, Surfer Rosa…).

Bernard Jean

https://www.facebook.com/AnnikaAndTheForest/

BACAO RHYTHM & STEEL BAND « EXPANSIONS » (Big Crown / Modulor)

Par défaut

Le groupe de steel drum Bacao Rhythm & Steel Band est né en Allemagne, à Hambourg. Il est l’auteur de nombreux vinyles 7 pouces (2 titres) et de deux albums salués par la critique.

Ce troisième opus pousse un peu plus loin l’exploration musicale, avec des reprises de titres célèbres et d’autres méconnus, le tout dans différents genres tels que le jazz, le hip hop, le funk, la dance… On trouve ainsi une cover de Jay-Z (« Dirt Off Your Shoulder »), Sylvester (« I Need To Love Somebody Tonight »), Ike Turner (« Getting Nasty »), Erykah Badu (« The Healer »), Grace Jones (« My Jamaican Dub »)…

Le jazz n’est pas oublié avec un titre de Gal MacDermot, un autre de Minnie Riperton. Tous ces titres sont transformés de façon étonnante à la sauce steel pan ou steel drum de Trinité-et-Tobago, ces deux îles des Caraïbes renommées pour leur carnaval et leurs steel bands.

Le talent de ce groupe est de réussir à se réapproprier l’ensemble de ces morceaux afin de faire un véritable travail de création et d’inventivité. Mais « Expansions » ne contient pas uniquement des reprises… A titre d’exemple on peut citer une des compositions des musiciens, « Tough Victory » qui ouvre l’album.

Comme le titre du disque l’indique, le Bacao Rhythm & Steel Band élargit les possibilités de leurs instruments métalliques en y insufflant une énergie nouvelle.

Bernard Jean

Sortie le 16 juillet 2021

https://bacaorhythmandsteelband.bandcamp.com/album/expansions