BJØRN BERGE « WHO ELSE ? » (Blue Mood Records)

Par défaut

anzh_cover3

Non, le blues n’est pas uniquement l’apanage des États-Unis. On le retrouve dans divers pays, même les plus improbables comme… la Norvège. Car c’est bien de cette contrée nordique que nous vient Bjørn Berge, véritable prodige de la guitare 12 cordes.

Ce musicien joue principalement en solo (aussi bien sur scène que sur ses enregistrements) et cela depuis 20 ans. Sa discographie compte une quinzaine d’albums dont un « Live in Europe » où il interprète – outre ses propres compos – des reprises de Chuck Berry, Motörhead, Rage Against The Machine…

Même si c’est la guitare acoustique qui l’a fait connaitre, Bjørn Berge n’a rien contre l’utilisation de l’électricité comme en témoigne sa participation à la longue tournée du   groupe norvégien Vamp. Pour « Who else ? » (qui devait au départ être un projet acoustique) il a même opté pour un choix résolument électrique en trio (guitare, basse, batterie). Inutile de préciser que cela déménage !

Hormis « Bitter sweet », le 5ème morceau, les 9 titres de ce nouvel opus sont saignants à souhait, le blues rock de Bjørn Berge a de quoi accélérer la fonte des glaciers les plus résistants. L’édition 2004 des Transmusicales de Rennes où le public français l’avait découvert seul avec une guitare acoustique, marquant le rythme avec le pied, parait bien loin !

Que cela nous plaise ou pas, il va falloir l’admettre : la cuvée Bjørn Berge 2019 a évolué vers des fragrances plus musclées, ce qui n’enlève rien à la qualité de l’ensemble. A découvrir sur scène pendant la tournée française qu’il démarre au mois de mars.       B.Jean

 

Publicités

MANU KATCHÉ « THE SCOPE » (Anteprima)

Par défaut

anzh_manukatchthescope-1

L’éclectisme et la diversité font certainement partie des qualités de Manu Katché dont le talent de batteur n’est plus à démontrer. Que cela soit aux côtés de Véronique Sanson, de Peter Gabriel, de Jan Garbarek, de Sting, de Loreena McKennit, le musicien a apposé sa rythmique impeccable dans toutes sortes de styles musicaux. Il a aussi une riche discographie dont « The ScOpe » est le dixième album.

C’est avec la formule du quartet que l’on retrouve ici Manu Katché : Patrick Manouguian à la guitare, Elvin Galland aux claviers, et son fidèle compagnon de route Jérôme Regard à la basse. Mais il y a aussi quelques invités comme Faada Freddy (sur « Vice », sorti en single), Jazzy Bazz sur « Paris me manque », el la chanteuse Jonatha Brooke sur « Let love rule ».

Les influences et les goûts multiples de Manu Katché, formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris mais qui s’est vite tourné vers le rock, se retrouvent bien sûr dans « The ScOpe », gorgé de groove et d’électro. Un album très dansant mais qui comporte aussi de très belles plages mélodiques comme le superbe « Let love rule ». Le titre qui clôt le disque, « Tricky 98′ » a accompagné les Bleus en juin dernier pour la célébration des 20 ans de leur victoire.

Avec « The ScOpe » Manu Katché nous livre une fois de plus un superbe aperçu de ses talents de batteur et de compositeur.                                                                                      B.Jean

http://www.manu-katche.com

LES HURLEMENTS D’LÉO « LUNA DE PAPEL » (Zn/Irfan)

Par défaut

luna-de-papel-400

Ce 13ème album des Hurlements d’Léo marque le grand retour du groupe sur le devant de la scène. Les 12 titres de « Luna de papel » portent la griffe de chacun des 8 membres de la formation, ce qui enrichit encore un peu plus leur palette.

Si toutes les musiques ont été composées par le groupe, les textes de « Social traître » et « Luna de papel » ont été co-écrit avec Jean Fauque (Bashung), quatre autres avec Sancho et « L’appétit » est signé Fabien Cazaubon (Casse-Bonbons). A noter l’arrivée de nouveaux instruments dans le disque : oud, violon qui viennent faire la fête avec les cuivres et les guitares.

Sur le titre éponyme qui ouvre l’album, la chanteuse de La Cafetera Roja, Aurélia Campione vient ajouter sa jolie voix. Sur « Cumbia », c’est Anton Dirnberger qui prend le micro. Les textes alternent rage et révolte (« Social traître »), désillusion (« La ferveur », « Mourir de vivre »), mais n’oublient pas la tendresse (« Quand tu seras là-bas », « Luna de papel »).

Les petites histoires que nous racontent ces aventuriers de la vie nous vont droit au coeur car elles nous parlent de la vie , de la mort (« Quand tu seras là-bas »), de l’exploitation des êtres humains (« Filles de joie ») et de bien d’autres sujets.

L’album a été presque intégralement autoproduit en Gironde dans le studio de Nicolas Saillan, le batteur. Le design intérieur et extérieur de la pochette est de toute beauté, même le cd lui-même est joliment gravé. Bref, une réussite à tous points de vue…       B.Jean

http://www.hurlements.com

 

BEX CATHERINE ROMANO « LA BELLE VIE » (Sunset Records)

Par défaut

bex-catherine-romano-la-belle-vie

Cela fait une vingtaine d’années que le trio constitué par Emmanuel Bex (orgue Hammond), Aldo Romano (batterie) et Philip Catherine (guitare) existe. Pourtant, étrangement ces musiciens n’avaient jamais rien enregistré ensemble.

Ils avaient débuté un soir au Sunset-Sunside (Paris) et ce n’est que justice si ce même club a décidé de leur faire graver un premier album. « La belle vie » est donc le deuxième disque sorti sur le nouveau label Sunset Records, après le « We free queens » du Rhoda Scott Lady Quartet en 2017.

Les trois complices se partagent à part égale les 9 compositions. Trois compositions chacun, pas de jaloux ! Le nom « La belle vie » est sans doute ce qui résume le mieux l’aventure musicale et humaine qui a réuni ces musiciens depuis les années 90. C’est aussi une partie d’un titre d’Emmanuel Bex, « La belle vie pour Maurice » qu’il a écrit pour rendre hommage au critique de jazz Maurice Cullaz. Cet homme bienveillant a souvent partagé  les soirées du Sunset avec les musiciens.

Ce premier album est une vraie réussite, tant sur le plan musical qu’au niveau de l’enregistrement et de la production. Sur ce dernier point, Stéphane Portet (responsable du label) n’a eu aucun mal à pleinement capter l’énergie et la complicité du trio tant la relation de confiance avec lui était forte.

« Favoriser les aventures musicales, amicales et historiques » reste le but de ce jeune label, on peut dire sans hésitation que l’opération a été menée à bien avec succès…                                                  B.Jean

Sortie le 1er février 2019           Concert de lancement le 22 mars 2019 au New Morning

 

Concert Les Hurlements d’Léo – Dubioza Kolektiv à Bordeaux, 24 janvier 2019

Par défaut

HDL-DK_affiche-Bonrdeaux240119-70x100_HD

C’est avec beaucoup d’excitation que j’attendais ce concert. Et pas seulement à cause des groupes présents. Il faut dire que cette salle du Grand Parc à Bordeaux me rappelle énormément de souvenirs musicaux… J’y ai vu les premiers pas de Noir Désir, les débuts d’un chanteur exubérant et complétement givré au nom improbable, Hubert Félix Thiéfaine (qui a fait depuis une sacrée carrière sans la moindre promotion), Klaus Schulze et ses synthés, les Stranglers, et bien d’autres… Puis vint la fermeture et l’abandon, pendant 25 ans !

En juin 2018 la salle est de nouveau en fonctionnement après un sérieux aménagement et un lifting. Et aujourd’hui j’y fais mon come back, nerveux comme pour un rendez-vous amoureux… La nouvelle salle tient toute ses promesses : look agréable, de la place pour bouger, des gradins confortables pour les petites fatigues, une acoustique très correct, et ce qui ne gâche rien une équipe très sympa.

p1010107       p1010129               p1010138

Ce sont Les Hurlements d’Léo qui ont débuté cette soirée très « hot ». Les 20 ans de carrière du groupe et les quelques 2000 concerts donnés (sans compter les diverses collaborations) n’ont en rien entamé leur énergie et leur sens de la fête. Les 8 musiciens ont toujours la patate et savent à merveille distiller ce mélange de révolte et de tendresse qui leur est propre. Au programme de nombreux titres extraits du petit dernier ‘Luna de papel », mais aussi des classiques et des souvenirs de leurs débuts.

p1010166

 

 

Photos : Bernard Jean

 

 

Sur « Filles de joie » le groupe invita quelques membres de Dubioza Kolektiv, histoire de nous donner un avant goût de ce qui nous attendait plus tard…

p1010179

 

 

 

Car la vraie surprise c’était bien ce groupe bosnien ! Imaginez 8 bâtons de dynamite montés sur des ressorts et balançant un mélange de punk et de ska tendance Clash, le tout avec un côté festif typiquement Balkans. On se demande comment ces huit agitateurs peuvent tenir physiquement à sauter sans interruption pendant tout le concert. Car il faut préciser que chez eux il n’y a absolument aucun moment de répit, aucune chanson pour calmer un peu le jeu !

p1010148                                 p1010151

Leurs morceaux sont balancés comme des grenades, souvent enchainés et ne laissent aucun répit au public. D’ailleurs le mot d’ordre qui revient à intervalle régulier chez eux est : « Faites du bruit ! ». Même si l’on ne saisit pas l’importance des textes (visiblement très engagés) la musique suffit largement à se défouler et à faire la fête. C’est sans surprise que Les Hurlements d’Léo vinrent rejoindre la bande pour un « I fought the law » tonique qui n’auraient pas fait injure aux Clash.

p1010159  p1010174

 

Bref, c’était une soirée explosive qui fait du bien à la tête et aux jambes.

B.Jean

ANNE PACEO « BRIGHT SHADOWS » (Laborie Jazz)

Par défaut

anzh_visuelcadre--1

A 35 ans Anne Paceo a déjà un CV à faire pâlir bon nombre de musiciens. Elle a accompagné à la batterie et aux percussions d’illustres musiciens (Archie Shepp, Rhoda Scott, Henry Texier, Jeanne Added, Mélissa Laveaux..) tout en menant une carrière solo riche et éclectique. « Bright shadows » est son sixième album.

Les catégories et les étiquettes n’ont aucun sens pour elle. Elle préfère se faire guider par son coeur et ses émotions pour laisser libre court à son imagination et à son écriture. Elle a écrit la plupart des titres et s’est faite aider de plusieurs amis musiciens comme Sandra Nkake, Marion Rampal, Diana Trujillo et Florent Mateo pour les textes. Ce dernier apporte sa voix sur plusieurs morceaux dont « The shell » qu’il a lui-même écrit.

Ce nouvel opus offre une continuité à « Circles » (2016) en donnant aux voix une place prépondérante et essentielle. Outre Florent Mateo au chant, on trouve l’excellente chanteuse Ann Shirley et Anne Paceo qui assume aussi cette fonction dont elle n’a pas à rougir. Ses fidèles musiciens sont bien sûr présents : Pierre Perchaud à la guitare, Tony Paeleman (claviers, bass synth) et Christophe Panzani (sax, clarinette).

Les influences musicales sont multiples sur ce disque : pop, classique, jazz, racines africaines… Le résultat, loin de ressembler à un fourre-tout, est d’une richesse musicale extrême qui rend « Bright shadows » captivant. Un joyau vocal et instrumental qui envoûte et fascine par son indicible beauté. Anne Paceo nous offre avec cet album un très beau cadeau pour cette nouvelle année, un grand merci à elle.                                          B.Jean

http://www.annepaceo.com

 

 

Les Hurlements d’Léo + Dubioza Kolektiv en concert

Par défaut

HDL-DK_affiche-Bonrdeaux240119-70x100_HD

 

hdl-dk_affiche-cigale2019-70x100-7

Après quelques 3000 concerts, 10 albums et 20 ans de carrière, Les Hurlements d’Léo investissent de nouveau les planches avec un nouvel album (chroniqué très prochainement). Sur scène le groupe bosnien Dubioza Kolektiv sera à leurs côtés pour 2 concerts exceptionnels à Bordeaux (24/01/19) et Paris (25/01/19), qui s’annoncent des plus chauds…

Pour Manu Chao, Dubioza Kolektiv est le meilleur groupe européen du moment. Leur musique balkanique festive aux textes militants n’aura aucun mal à enflammer le public, d’autant qu’elle se mélange à du dub, du metal, de l’électro, du ska…

Les Hurlements d’Léo poursuivront ensuite une tournée, seuls cette fois, en France puis en Allemagne.  A recommander !                                                                                                                          B.Jean

http://www.hurlements.com                           http://www.dubioza.org