SLIM PAUL « DEAD ALREADY » (Red Line)

Par défaut

POCHETTE

Ne vous fiez pas au titre du disque, « Dead already » (« Déjà mort ») car son auteur est bien vivant et il le prouve ici de manière efficace pendant plus de 57 minutes. J’avais délaissé momentanément le blues ces derniers temps mais Slim Paul a su me rappeler à l’ordre et me remettre sur le droit chemin avec ce petit bijou explosif…

Si le nom de Slim Paul ne vous dit rien, peut-être que celui de Scarecrow vous rappellera quelque-chose… Ce groupe toulousain a beaucoup fait parler de lui avec son mélange inédit de blues mâtiné de Hip Hop. Slim Paul en était le guitariste et chanteur. Il s’est depuis longtemps immergé aux racines du blues et s’est passionné pour les musiques afro-américaines.

En 2016, lassé de l’aventure Scarecrow (qui a emmené ses membres jouer jusqu’aux States), il repart seul à New York s’imprégner de musiques et écrire ce qui sera bientôt son 3ème EP, « Not yet man » qui sortira en 2017. Les bases de son futur premier album, « Dead already », sont presque prêtes…

Les 12 titres présents sont de vrais brûlots gorgés d’un blues urbain souvent saignant (« Same mornin ») ou au bord de l’explosion (« Stuck on my own city », « Lady sorrow ») où semblent rôder les fantômes de Calvin Russell, de Rory Gallagher ou de Muddy Waters. Le gospel trouve même sa place en ouverture avec « One of these days », tout comme le folk avec « Nola song » (hommage à la Nouvelle-Orléans), et le rhythm ‘n’ blues avec « Let me in ».

La voix de « Slim » Paul est l’instrument parfait pour exprimer au mieux la passion et la rage qu’il transmet à travers son blues. La guitare (électrique ou acoustique) en est le prolongement logique et naturel… Un coup de maître !                                  B.J

Sortie le 13 avril 2018             En concert à Paris (Le Hasard Ludique) le 12 avril, à Cognac Blues Passion le 6 juillet

http://www.slimpaul.com

Publicités

SÉBASTIEN TEXIER & CHRISTOPHE MARGUET 4TET « FOR TRAVELLERS ONLY » (Cristal Records)

Par défaut

For-Travellers-Only-Sébastien-Texier-Christophe-Marguet-Cristal-Records-1-600x600

Le saxophoniste- clarinettiste Sébastien Texier et le batteur Christophe Marguet ont souvent eu l’occasion de jouer ensemble au sein de différentes formations. Cette fois ils ont décidé de fusionner leurs talents créatifs en formant leur propre quartet. A leurs côtés la guitare électrique de Manu Codjia et un instrument plus surprenant, le tuba, joué par François Thuillier.

Enregistré à Rochefort au mois de juillet 2017, « For travellers only » montre une belle cohésion entre ces musiciens qui se connaissent déjà très bien. Sébastien Texier et Christophe Marguet se sont partagé les compositions à part égale : 5 titres chacun qui alternent plages paisibles (« Peace overture ») et passages plus musclés (« Eddie H »).

Les sonorités particulières du tuba donnent une originalité incontestable à l’ensemble de cet album. A découvrir absolument !                                                    B.J

Sortie : 6 avril 2018

 

ALBAN DARCHE & L’ORPHICUBE « THE ATOMIC FLONFLONS » (Yolk Music)

Par défaut

pochette-Atomic-Flonflons

Saxophoniste, compositeur et arrangeur, Alban Darche a enregistré une trentaine d’albums où se mêlent jazz, pop, rock, musique contemporaine, musique de chambre. Il a joué aux côtés de Philippe Katerine, Jeanne Added, Thomas de Pourquery… En 2016 il crée avec Mathias Ruëgg et Jean-Christophe Cholet « Le tombeau de Poulenc », une pièce pour grand ensemble et deux pianos.

En compagnie de l’Orphicube, composé de 7 musiciens et d’une chanteuse, il a entrepris de jouer, selon ses propres mots, « la bande originale d’un film imaginaire ». Et effectivement « The atomic flonflons » a de fortes réminiscences de musiques de films d’un passé quelquefois lointain.

 Un accordéon nostalgique entraine l’auditeur d’un cabaret berlinois à une fête foraine où  des mélodies connues comme « La paloma » ou « I’m a fool to want you » ou des genres spécifiques (java, musette, ragtime, tango) ne sont que prétextes à se lâcher et à explorer d’autres horizons musicaux plus improbables.

Un disque souvent désarmant et inattendu, mais bourré de clin d’œils et d’idées.         B.J

Sortie le 30 mars 2018

http://www.albandarche.com

PART-TIME FRIENDS « BORN TO TRY » (Un Plan Simple)

Par défaut

6141XRGQEzL._SS500

C’est une pub qui les a largement popularisé. Celle de la Citroën C3 et du titre « Here we are », extrait de leur premier album « Fingers crossed » sorti en 2016. Beaucoup ont ainsi découvert le duo Part-Time Friends formé par Pauline et Florent avec leurs mélodies pop-folk accrocheuses.

Un séjour au Chantier des Francos leur a permis de peaufiner leur travail et de se renouveler. Ainsi ce nouvel album, même s’il conserve le style du début, offre un aspect plus « musclé » grâce à l’utilisation de guitares électriques et de synthés organiques. Le duo a un réel talent pour les mélodies qui font mouche, et « Born to try » (l’album) en est rempli…

Les harmonies vocales sont au top et les chansons aux refrains entêtants s’enchainent. C’est justement ce côté répétitif que l’on pourrait reprocher au couple… Pauline et Florent ont tendance à un peu trop abuser de ce procédé et l’écoute devient un peu agaçante au bout de quelques minutes. C’est vraiment dommage car leurs chansons pop ont un vrai potentiel.

« Born to cry » est malgré tout un album agréable au son très léché. Il a été enregistré au Pays de Galles, dans le studio utilisé jadis par Black Sabbath, Simple Minds ou encore Oasis. Pauline et Florent ont écrit la totalité des morceaux à l’exception de « Here that sound » coécrit par Dan Black.                                                B.J

Sortie le 30 mars 2018

https://fr-fr.facebook.com/theparttimefriends

SEYDOU BORO « HÔRÔN » (Label Bleu)

Par défaut

horon-1500x1502

Seydou Boro n’a fait son apparition dans la musique que depuis quelques années seulement. Il a d’abord abordé le monde du spectacle en tant que comédien, danseur et chorégraphe dans les années 90. Il est d’ailleurs directeur de La Termitière, centre de développement chorégraphique de Ouagadougou, son lieu de naissance.

Le titre de son premier album, « Hôrôn », signifie « Intègre ». Il s’agit certainement d’un clin d’œil à son pays le Burkina Faso, littéralement « Pays des hommes intègres »… C’est là que Seydou Boro a enregistré son disque en une quinzaine de jours, accompagné par quatre musiciens (guitare, basse, percussions,n’goni) et une choriste.

Il a composé 9 des 12 chansons et co-signé les 3 autres avec son groupe. Il s’agit d’un album acoustique fait de ballades folk chantées en dioula, une des langues mandingues. Les guitares de Seydou Boro et de son guitariste Issouf Diabaté prédominent et accentuent le côté très mélodique de l’album. Seuls quelques titres comme « Sambara » ou « Sènèkèlas » voit l’ambiance se charger d’un peu d’électricité.

Le chorégraphe a su insuffler à ses chansons une grâce et une beauté digne de ses meilleurs créations.                                               B.J

Sortie le 30 mars 2018. En concert le 4 avril 2018 à Paris (Studio de l’Ermitage) et Amiens (Maison de la culture) le 7 avril.

http://www.seydouboro.com

 

CHARLIER / SOURISSE / WINSBERG « TALES FROM MICHAEL » (Gemini)

Par défaut

Tales-From-Michael-Digipack

Le saxophoniste américain Michael Brecker est considéré comme l’un des plus grands musiciens de sa génération. Il a disparu en 2007 mais a laissé de nombreux témoignages discographiques de son talent. Voici un disque qui lui rend brillamment hommage, et chose étonnante, sans aucun saxophone…

Louis Winsberg s’est fait connaitre en tant que guitariste du groupe jazz-rock Sixun, avant d’entamer dès 1989 une carrière solo brillante (6 albums), tout en collaborant avec de nombreux autres artistes comme Dee Dee Bridgewater, Richard Bona, Maurane…

Le duo André Charlier (batterie) et Benoît Sourisse (orgue) poursuit depuis une trentaine d’années un parcours musical exigeant. Ils ont joué aux côtés de Didier Lockwood (qui vient de nous quitter), John Mc Laughlin, Toots Thielemans… Ils ont fondé le groupe In Folio, créé le « Centre des Musiques Didier Lockwood » (avec Chantal Charlier et Didier Lockwood) et lancé leur label Gemini Records en 2009.

Les trois musiciens avaient envie de jouer ensemble autour du répertoire de celui qui les a beaucoup marqué durant les années 80. Leurs versions sont bien sûr assez différentes des originaux mais rendent pleinement hommage à leur illustre créateur. Les 10 morceaux de « Tales from Michael » sont des compositions de Michael Brecker, mais aussi du pianiste et compositeur Don Grolnick,  qui l’a souvent accompagné. Brillant !                   B.J

Sortie : 30 mars 2018

SOVIET SUPREM « MARX ATTACK » (Chapter Two/Wagram)

Par défaut

artwork_5a981471af92f_400x400bb

Attention, délire ! Si vous avez échappé à « L’internationale » parue en 2014 , j’ai bien peur que vous ne puissiez esquiver « Marx attack » cette année… John Lénine et Sylvester Staline récidivent au sein de leur Soviet Suprem et ça craint un max. Serait-il temps de ressortir le marteau et la faucille ? A vous de juger.

Résumons l’affaire. Deux hurluberlus, R.Wan (ex chanteur de Java) et Toma Feterman (La Caravane Passe), respectivement sous le nom de code de Sylvester Staline et John Lénine, créent Soviet Suprem afin de mettre un terme à la suprématie insolente de la musique occidentale et de ses dérives capitalistes. Pour eux il est temps de montrer la toute puissance des musiques festives de l’Est et des valeurs idéologiques. Regardez à titre d’exemple le clip « Vladimir », véritable monument hystérique digne de figurer au panthéon du 3ème degré (longitude Est).

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer quelques titres de chansons de ce second album : « Diktator de dancefloor », « Post soviet », « Couic couic », « Tsar war »…

Bref, si vous n’avez rien contre l’humour potache et les musiques basiques, peut-être serez-vous sensible aux délires électro-balkaniques des membres de ce Politburo farfelu. Comme il est si bien dit sur leur site : « L’Internationale branquignole et libertaire de nos beasty boys des Balkans va réveiller le genre humain ».

Alors Kamarades, levons nos verres à cette nouvelle campagne russo-médiatique et à ces  Marx brothers nouvelle géné-ration (alimentaire).

Tout sur le Politburo, les Koncerts et le Soviet Market en klikant (promis, demain j’arrête la vodka) sur : http://www.sovietsuprem.com

A voir ci-dessous le clip-interrogatoire qui illustre la reprise du titre des années 80 « T’as le look, coco ».                                                        B.J